D'un extrême à l'autre

En terre espagnole le Tour de France a perdu un des favoris,  Alberto Contador, blessé et fiévreux, il a abandonné à 100 km de l'arrivée. Le Madrilène avait pourtant tenté de partir en échappée un peu plus tôt dans l'étape et avait même passé quelques temps à l'avant mais sous un soleil de plomb, il  a été contraint de se retirer. De Vielha Val d'Aran à Andorre Arcalis les coureurs ont tout connu la chaleur suffocante puis l'orage et la grêle dans cette étape où l'échappée a mis du temps à se former. Après plusieurs tentatives,  19 coureurs se retrouvent à l'avant puis 21 avec le retour de Peter Sagan (Tinkoff-Saxo) et Alexis Vuillermoz (Ag2r la mondiale), parmi eux l'Espagnol Alejandro Valverde (Movistar), qui était sorti du peloton avec Contador. Il va cependant vite être obligé de laisser filer le groupe car derrière la Sky roule, il représente en effet une menace au général avec 19 secondes de retard sur Christopher Froome. Valverde repri, l'échappée prend le large à 132 km de l'arrivée, s'y trouvent entre autres Thibaut Pinot (FDJ), le Belge Thomas De Gendt (Lotto-Soudal), le Polonais Rafal Majka (Tinkoff-Saxo), le Portugais Rui Costa (Lampre), le Néerlandais Tom Dumoulin (Giant-Alpecin), l'Espagnol Daniel Navarro (Cofidis) ou encore le Suisse Mathias Frank (IAM). En haut de la deuxième difficulté du jour, le Port del Canto, Pinot et De Gendt bataillent pour les points du meilleur grimpeur, le Belge passe devant, l'échapppée a alors 6'30 d'avance sur le peloton. Arrivé en Andorre, à 47 km de l'arrivée Peter Sagan va chercher les points au sprint, objectif de sa journée, puis se relève, laissant ses compagnons continuer seuls avec 10'23 d'avance. Au pied de la côte de la Comella Jérôme Coppel (IAM) accélère et emmène avec lui l'Ethiopien de la Lampre Tsgabu Gebremaryam Grmay, ils sont rejoints peu après et c'est le Belge De Gendt qui s'en va. Il comptera jusqu'à 40 secondes d'avance en passant en tête du grimpeur mais le col  de Bexalis et ses pentes à plus de 12 % auront raison de son échappée solitaire. Le groupe, qui a perdu des unités, revient et le distance, vont s'ensuivre deux attaques du Néo-Zélandais George Bennett (Lotto-Jumbo) mais au sommet Pinot récupère les points. Avant la montée finale les attaques se multiplient mais c'est finalement Tom Dumoulin qui va réussir à partir seul à 12,8 km de l'arrivée. Alors qu'il avait semblé au bord de la rupture dans l'ascension précédente le Néerlandais, dans une montée qui lui convient mieux, prend rapidement du temps sur ses anciens compagnons d'échappée qui ne s'entendent plus, à 9 km  de l'arrivée il possède 53 secondes d'avance. Rui Costa va alors partir en contre rejoint par Majka qui a largué Pinot. Derrière ce n'est plus qu'un peloton d'une trentaine d'hommes qui attaque la montée finale suite au rythme mené par l'équipe Sky. Mais à 4 km de l'arrivée un orage s'abat sur la route du Tour avec de la grêle après la chaleur oppréssante du début d'étape c'est la pluie qui vient s'ajouter à la difficulté. Malgré le déluge, Tom Dumoulin s'en va remporter sa première étape sur le Tour après avoir manqué la victoire chez lui, au Pays-Bas, l'an passé. Il s'impose dans l'étape avec le plus gros dénivelé (4960 m) devant Costa et Majka, Pinot est 6e mais prend le maillot à pois à Majka. Chez les favoris c'est le coéquipier de Froome, Sergio Henao (Sky) qui lance les hostilités, avant que son leader attaque suivi par Quintana, à leur rythme l'Irlandais Dan Martin (Etixx Quick Step) et l'Australien Richie Porte recollent. Puis c'est l'Irlandais qui place une attaque avant que Porte n'accélère puis le Néerlandais Bauke Mollema (Trek Segafredo). Les accélérations se succèdent mais une dizaine d'hommes tiennent toujours dont le Français Romain Bardet (Ag2r la mondiale), 9e au général mais une dernière relance de Martin réduit le groupe à 5 coureurs: Quintana, Froome, Porte et le maillot blanc Adam Yates (Orica-Greenedge). Au final Froome garde le maillot jaune devant Adam Yates et Dan Martin, Quintana remonte à la 4 e place, Bardet finit à 20 secondes et remonte à la 6e place à 44 secondes du Britannique. L'Italien Fabio Aru (Astana) perd 1'20 et se retrouve 13e à 1'23 quant à Warren Barguil (Giant-Alpecin) il est 15e à 2'51. Après cette trilogie pyrénéenne les coureurs vont pouvoir souffler avec la journée de repos demain en Andorre.