La Suisse : théâtre d'un succès russe sur le Tour

Pour cette étape 100% suisse allant de Berne à Finhaut Emosson l'enchaînement final du col de la Forclaz et de la montée vers le barrage d'Emosson promettait un beau terrain pour les attaques des favoris mais il n'en fut quasi rien. A l'avant par contre le plus fort était le Russe  Ilnur Zakarin (Katusha) issu de l'échappée du jour, qui s'est imposé en solitaire après avoir distancé tous ses compagnons d'échappée. Cette échappée a pourtant  eu du mal à se former, il a ainsi fallu attendre le 76e kilomètre et le sommet de la première côte du jour pour voir 11 coureurs sortir du peloton à l'initiative de Peter Sagan et Rafal Majka (Tinkoff-Saxo) qui voulait renforcer son maillot à pois, avec eux le Russe Zakarin, 2 Français Tony Gallopin (Lotto-Soudal) et Brice Feuillu (Fortuneo vital Concept), le vainqueur de l'étape à Culoz le Colombien Jarlinson Pantano et son coéquipier le Néerlandais Stef Clement (IAM), l'Estonien Tanel Kangert (Astana), le Croate Kristijan Durasek (Lampre), l'Italien Domenico Pozzovivo et le Suisse Steve Morabito qui arrivait dans son canton. Derrière cette échappée un groupe de poursuivants, composé d'abord de 8 hommes, il éclatera  ensuite et un trio avec le Kazakh Alexey Lutsenko (Astana), le Belge Greg Van Avermaet (BMC) et le Français Thomas Voeckler (Direct Energie) fera la jonction avec la tête après plus de 45 km de poursuite. Au pied du col de la Forclaz l'échappée compte 13 minutes d'avance sur le peloton où l'équipe Trek roule. Après avoir travaillé pour Rafal Majka et remporté les points du sprint intermédiaire Sagan est distancé. A 10 km du sommet Gallopin attaque, suivi par Lutsenko, le duo prend 20 secondes d'avance mais le Français est lâché au bout de 3 kilomètres, le Kazakh  sera lui  repris à 20 kilomètre de l'arrivée suite au gros travail de Stef Clement. A ce moment là, en tête de peloton  l'équipe Astana  mène le train et l'Américain Tejay Van Garderen (BMC) est  distancé. A l'avant les 10 hommes restants dans l'échappée passent ensemble au sommet du col où Majka récupère les points avant de partir dans la descente en compagnie de Pantano comme 3 jours auparavant. Le tandem attaque la montée finale en tête avec 32 secondes d'avance sur leurs poursuivants mais derrière eux le groupe explose suite à l'attaque de Zakarin qui s'en va rejoindre le duo. A 8 km du sommet c'est un trio qui est en tête,  mais  2 kilomètres plus loin suite à l'accélération de Zakarin Majka est distancé, une deuxième accélération décramponnera aussi Pantano. Le Russe file vers sa première victoire d'étape sur le Tour de France, car  Pantano un temps à une vingtaine de secondes, craque sur la fin et termine 2e à 55'', Majka est 3e à 1'26, le premier Français Brice Feuillu finit 5e juste devant Thomas Voeckler. A l'arrière  Nibali assure le tempo au pied de la montée avant de céder sa place à son coéquipier Diego Rosa qui s'écarte rapidement laissant  Fabio Aru seul, celui-ci renonce alors à attaquer. Un peu plus loin l'accélération de Dan Martin (Etixx Quick-Step) distance Alejandro Valverde 5e du général ce qui permet à Romain Bardet (Ag2r) de gagner une place. Mais le groupe maillot jaune est verrouillé par les deux coéquipiers de Christopher Froome (Sky)  qui ne laissent partir personne. Seul, Richie Porte (BMC) à moins de 2 km de l'arrivée réussit à partir suivi par Froome et par Nairo Quintana (Movistar) mais ce dernier ne tient pas le rythme. Peu avant, le 2e du classement général Bauke Mollema (Trek) avait été distancé. Au final Froome et Porte finissent ensemble 8 secondes devant Adam Yates (Orica), 11 devant Romain Bardet et 28 secondes devant Quintana. Froome creuse donc encore plus l'écart au général, où Bardet est désormais 5e, Porte 6e, Valverde 7e et Aru 8e, et les prochains jours ne permettront probablement pas à ses adversaires de revenir avec dès demain un contre-la-montre en montagne.