Quintana préfère septembre

Quasi invisible lors du Tour de France au mois de juillet, où il a fini 3e, le Colombien Nairo Quintana (Movistar) a remporté ce dimanche à Madrid la Vuelta pour la première fois de sa carrière. Seul, le Tour de France, lui résiste encore, après le Giro en 2014, le grimpeur colombien remporte en Espagne son 2e grand Tour devant le Britannique Christopher Froome (Sky), vainqueur du Tour et probablement fatigué par sa victoire et sa participation aux Jeux olympiques où il a fini 3e du chrono, pendant que Quintana a pu, lui, se reposer du Tour. Cette différence a eu son importance notamment dans les étapes de montagnes où la Vuelta s'est jouée. Elle a basculé lors de la 15e étape entre Sabinanigo et Aramon Formigal, à l'initiative d'Alberto Contador (Tinkoff-Saxo), qui avait dû abandonner le Tour, une échappée se forme en début d'étape avec Quintana alors leader. Froome et la Sky se font surprendre, évènement assez rare, le Britannique se retrouvant seul à l'arrière dans le peloton, avec des coéquipiers distancés. Dans cette étape le Colombien et l'Espagnol vont reprendre du temps au Britannique, 2'40 pour Quintana, qui relègue son dauphin à 3'37. Avance utile pour le dernier contre-la-montre, qui a eu lieu vendredi, et que Froome a survolé en reprenant 2'16 au Colombien. De son côté Contador, suite à son attaque dans la 15e étape était revenu à 5 s de la 3e place du Colombien Johan Esteban Chavez (Orica), puis sur le podium après le chrono, mais il a perdu ce bénéfice lors de la dernière étape de montagne, où  Chavez était à l'attaque, il termine donc au pied du podium. Au  final c'est un duo colombien encadrant un Britannique, qui compose le podium à Madrid. Avec un parfum de mois de juillet, la Vuelta 2016 a surtout montré une course débridée sans le contrôle d'une équipe et laissant donc la place au suspense, qui manque parfois sur le Tour. Nairo Quintana, avec 1'23 sur son dauphin, succède à l'Italien Fabio Aru au palmarès et prive Froome d'une première victoire sur le Tour d'Espagne. Quant à la dernière étape, elle est revenue au Danois Magnus Cort Nielsen (Orica) déjà vainqueur 3 jours plus tôt au sprint. A noter lors de cette édition,  trois victoires françaises dont la dernière samedi avec le coureur d'Ag2r la mondiale Pierre Latour, avant lui Alexandre Geniez (FDJ) avait remporté la 3e étape à Dumbria-Mirador de Ezaro, le lendemain Lilian Calmejane (Direct Energie)  avait gagné sa première étape sur un grand tour à San Andres de Teixido, le 1er Français au général  Jean-Christophe Péraud (Ag2r)  finit 13e pour sa dernière course.