Primoz Roglic, premier Slovène vainqueur d'étape

Annoncée comme l'une des étapes les plus difficiles de ce Tour, la 17e étape entre La Mure et Serre-Chevalier a bien permis de bousculer le classement général si Christopher Froome (Sky) a consolidé son Maillot Jaune, Fabio Aru, lui, a chuté du podium. Mais l'animateur de cette étape a été une nouvelle fois Alberto Contador et si l'Espagnol ne gagne pas au final, incapable de suivre le vainqueur du jour le Slovène Primoz Roglic (Lotto-Jumbo) dans le col du Galibier, il a montré qu'il avait encore du panache. Roglic, membre de l'échappée matinale de 33 coureurs qui s'était formée avant le Col d'Ornon, voyait d'abord le Belge Thomas De Gendt (Lotto Soudal) et l'Australien Michael Matthews (Sunweb) s'en aller dans la descente du col et l'Australien remporter le sprint intermédiaire et récupérer le Maillot Vert après l'abandon de l'Allemand Marcel Kittel (Quick-step floors), tombé en début d'étape. Au pied du col de la Croix de Fer les poursuivants avaient 2 minutes de retard sur le duo qui en possédait 6' d'avance sur le peloton. Dans celui-ci le Colombien Nairo Quintana (Movistar) tentait de sortir une première fois puis repris il suivait l'attaque de l'Espagnol Alberto Contador (Trek-Segafredo) mais moins fort le Colombien laissait ensuite partir l'Espagnol qui comptait plus de 3 minutes de retard sur le duo de tête. Récupérant un équipier distancé de l'échappée dans la montée, ce dernier servait de  relais pour revenir sur les poursuivants à moins de 10 km du sommet. Il faisait alors rouler ses coéquipiers Jarlinson Pantano et Bauke Mollema sur le duo devenu un trio avec le retour de l'Espagnol Daniel Navarro (Cofidis), qui pointait à 40 secondes, mais ils ne parvenaient pas à rentrer avant le sommet, ils ne les reprenaient qu' à 89 km de l'arrivée, ils étaient alors 24 coureurs en tête et attaquaient le Col du Télégraphe avec 3'40 d'avance. Alors que Mollema prenait le relais de Pantano et faissait le tempo Contador était victime d'un ennui mécanique mais parvenait  à revenir à l'avant. Ils étaient encore 13 coureurs au sommet du col, où Roglic passait en tête, et débutaient le col du Galibier, toit de ce Tour, avec 3'40 mais dès le pied le Slovène attaquait suivi par Contador, puis le Belge Serge Pauwels (Dimension Data), et enfin le Colombien Darwin Atapuma (UAE Emirates), le Suisse Mathias Frank (Ag2r) et Navarro. Roglic insistait et Pauwels accélérait aussi. Alors qu' à l'arrière l'Irlandais Dan Martin (Quick-step floors) attaquait, à l'avant Roglic distançait ses compagnons d'échappée à 6 km du sommet et 34 de l'arrivée avec 2'43 d'avance sur le groupe Maillot jaune, Atapuma  partait en contre sans pouvoir rentrer. Dans les pourcentages les plus durs le Français Romain Bardet accélérait à plusieurs reprises dans le groupe maillot jaune et l'Italien Fabio Aru (Astana) faisait les frais de ces changements de rythme, Aru raccrochait mais à 2 km du sommet  Bardet réattaquait sans pouvoir distancer Froome et le Colombien Rigoberto Uran (Cannondale). Alors que Roglic passait en tête au sommet avec 1'26 d'avance sur les favoris, Simon Yates (Orica) était décramponné et Aru perdait 20 secondes au sommet où Contador, désigné le plus combatif, était repris par Warren Barguil, qui consolidait son maillot à pois, Bardet, Uran, Froome et Mikel Landa. Dans la descente les cinq se relayaient pour distancer Aru. Celui-ci se retrouvait avec Contador et Martin mais sans pouvoir rentrer. A l'avant Roglic s'imposait  et devenait le premier Slovène vainqueur d'étape sur le Tour. Il gagnait avec 1'13 d'avance sur le groupe maillot jaune où Uran au sprint empochait 6 secondes de bonifications et passait devant Bardet au général pour quelques millièmes de secondes, Froome reprenait quant à lui 4 secondes sur ses adversaires alors que Aru perdait 33 secondes. Il est désormais 4e à 53 secondes de Froome, Uran est 2e et Bardet 3e tout deux à 27 secondes du Britannique, Barguil entre dans les 10 premiers, Contador est 9e. Il leur restera une dernière chance demain de faire basculer le Tour avec l'arrivée au col de l'Izoard.