De Marseille à Paris : clap de fin pour le Tour

Après trois semaines de course animée le Tour de France s'est terminé ce week-end avec un contre-la-montre à Marseille samedi et l'arrivée sur les Champs Elysées dimanche. Cette édition a été remportée pour la 4e fois par le Britannique Christopher Froome devant le Colombien Rigoberto Uran et le Français Bardet, ce dernier n'a pu faire mieux que l'an passé où il avait fini deuxième malgré plusieurs attaques en montagnes.

Une affaire de secondes à Marseille

Sur un parcours de 22,5 km partant et arrivant au Stade Vélodrome, le dernier contre-la-montre du Tour  a modifié le podium. Passé tout près de la victoire à Pau après un raid en solitaire, le Polonais Maciej Bodnar (Bora Hansgrohe) s'est imposé à Marseille en 28'15 pour une seconde devant son compatriote Michal Kwiatkowski (Sky) et le coéquipier de celui-ci Christopher Froome qui a lui assuré sa victoire finale sur la Grande Boucle. Dans ce parcours avec une montée jusqu'à Notre Dame de la Garde, le Français Romain Bardet (Ag2r) a perdu sa deuxième place au profit du Colombien Rigoberto Uran (Cannondale). Le Français a manqué son contre-la-montre malgré le soutien du Stade Vélodrome et du public tout au long du parcours. Dans un jour sans, il voyait revenir Froome à l'arrivée et sauvait sa place sur le podium pour une seconde face à l'Espagnol Mikel Landa (Sky). Il finissait 52e à 2'03 du vainqueur et était relégué à 2'20 de Froome au général. Froome, 3e de l'étape, comptait 52 secondes d'avance sur Uran qui se hisse sur la deuxième marche du podium avec une victoire d'étape, après 2 deuxièmes places sur le Giro. Dans un Tour assez ouvert le Britannique a finalement profité de ses qualités en contre-la-montre pour l'emporter mais les attaques de ses adversaires notamment de Bardet, vainqueur d'une étape ou de l'Italien Fabio Aru (Astana) ont permis de garder le suspense jusqu'à Marseille dans un Tour où les bonifications ont joué un rôle important. L'Italien finit quant à lui 5e après une dernière semaine compliquée mais il repart avec 1 victoire d'étape et 2 jours en jaune. Fortement soutenu pendant le circuit à Marseille Warren Barguil, maillot à pois, perd sa 9e place dépassé par l'Espagnol Alberto Contador (Trek Segafredo), auteur d'un bon chrono et qui aura animé le Tour en montages avec plusieurs offensives. Barguil remporte le maillot de meilleur grimpeur, le titre du plus combatif, lui dont les attaques lui ont permis de conquérir  2 victoires d'étape dont celle du 14 juillet.

Dylan Groenewegen s'offre une première sur les Champs

Dimanche les classements étaient figés et seule la victoire était indécise. Pour les sprinteurs qui n'avaient pas encore brillé c'était la dernière occasion et c'est le sprinteur néerlandais Dylan Groenewegen (Lotto Jumbo) qui l'a emporté devant l'Allemand André Greipel, vainqueur l'an passé. Dans cette dernière étape marquée par le passage sous la verrerie du Grand Palais le Français Thomas Voeckler (Direct Energie) a fait ses adieux, en prenant sa retraite à l'arrivée. Après 15 participations au Tour qu'il aura marqué de son empreinte par son profil de puncheur et d'attaquant, ses 4 victoires d'étape, ses 20 jours en jaune entre 2004 et 2011, sa quatrième place en 2011 et son maillot à pois en 2012, le coureur français a tiré sa révérence. Son coéquipier Sylvain Chavanel 17 Tour de France a quant à lui animé l'étape en partant dans une échappée sur les Champs, cette dernière a fait 6 tours en tête avant d'étre reprise dans l'avant dernier tour. Dans le dernier tour, plusieurs attaques avaient lieu, mais c'était Zdenek Stybar  (Quick step-floors) qui maintenait le suspense avant d'être repris à moins de 3 km de la ligne. Le sprint était lancé de loin par Groenewegen, ce dernier résistait au retour du Norvégien Edvald Boasson Hagen (Dimension Data) et de l'Allemand André Greipel (Lotto Soudal), ce dernier finit 2e, le Norvégien 3e. Le Néerlandais remporte ainsi sa première étape sur le Tour de France. Aucun problème au général où Froome remporte son 4e Tour de France devant Uran et Bardet. Pour le Maillot blanc, le Britannique Simon Yates (Orica-Scott), prend la succession de son frère vainqueur du classement l'an passé, en ayant 2'06 d'avance sur le Sud Africain Louis Mentjes (UAE Emirates), les deux coureurs finissent 7e et 8e du général derrière l'Irlandais Dan Martin (Quick step floors). Quant au Maillot Vert l'Australien Michael Matthews était assuré de le remporter depuis plusieurs jours, il le gagne pour la première fois avec 136 points d'avance sur le deuxième Greipel. La Sky domine le classement par équipes devant Ag2r la mondiale et Trek Segafredo, le travail d'équipe ayant permis une nouvelle fois à l'équipe britannique de remporter le Tour et de placer deux hommes dans le Top 5. Cette édition marquée par la mise hors course du champion du monde slovaque Peter Sagan (Bora-Hansgrohe), l'abandon dès la première étape de l'Espagnol Alejandro Valverde (Movistar), les abandons sur chutes du Britannique Mark Cavendish (Dimension Data) ou de l'Allemand Marcel Kittel (Quick step floors) vainqueur de 5 étapes, a offert un spectacle où le suspense était rendez-vous avec un classement général serré qui s'est décanté seulement dans la dernière semaine.