Camille Lacourt finit en apothéose

Il avait ouvert son palmarès international à Budapest en 2010, 7 ans après le Français Camille Lacourt a fait ses adieux à la compétition de la plus belle des manières lors des Mondiaux  en remportant un troisième titre d'affilée sur 50 m dos sa distance de prédilection, une première. Il devance le Japonais Junya Koga et l'Américain Matthew Greevers en 24'35. Le nageur français habitué des podiums mondiaux avec 5 titres ; 3 en 50 m dos (2013, 2015, 2017), 1 en 100 m dos partagé avec Jérémy Stravius en 2011 et 1 en 4x 100m 4 nages en 2013,  2 médailles d'argent en 50 m dos en 2011 et en 100 m dos en 2015 et une médaille de bronze avec le relais 4 x100 m 4 nages en 2015 ; n'a jamais réussi à se hisser sur un podium olympique, il finit 4e en 2012 et 5e en 2016 sur 100m dos, le 50 m dos n'étant pas une distance olympique. Au niveau continental, il possède 5 titres, 2 en 50 m dos, 2 en 100m dos et 1 en relais 4 x100 4 nages. Il clôture donc sa carrière avec le plus beau métal dans un championnat où il a toujours brillé en grand bassin.

Les Américains en démonstration, les Hongrois portés par tout un peuple

Dans la capitale hongroise il a fallu ainsi attendre le dernier soir pour entendre retentir la Marseillaise après la médaille de bronze de Mehdy Metella sur 100 m nage libre derrière les Américains Caeleb Dressel et Nathan Adrian. Ceux-ci n'ont pas attendu dimanche pour monter sur la plus haute marche du podium avec 46 médailles dont 21 en or les Etats-Unis finissent première nation de ces championnats. Le jeune Caeleb Dressel a quant à lui était l'homme de ses championnats du monde avec 7 titres dont un doublé 100 m nage libre et 100 m papillon historique, il devance sa compatriote Katie Ledecky qui repart avec 6 titres, seulement battue en final du 200 m nage libre par l'Italienne Federica Pelligrini. A Budapest plusieurs records du monde sont tombés notamment en 50 m brasse où le Britannique Adam Peaty est devenu le premier nageur sous les 26 secondes, il a remporté l'or sur cette distance et sur le 100 m brasse. Chez les filles la Suédoise Sarah Sjöström médaillée sur 50 m nage libre, 50 m et 100 m papillon a battu le record du monde du 100m nage libre lors du départ du relais 4x100 m. Au niveau des relais les Américains ont trusté la quasi totalité des podiums, seulement battus chez les hommes sur 4 x 200m par les Britanniques de James Guy. A ces médailles d'or  s'ajoutent 3 records du monde sur les deux relais mixtes et sur le 4x100m 4 nages féminin.  Chez eux dans une ambiance de folie les Hongrois ont remporté  9 médailles dont 2 en or ramenées par la star Katinka Hoszu sur 200 m et 400 m 4 nages, l'autre star Laszlo Cseh n'a pris que la deuxième place sur 200 m papillon, mais de nombreux Hongrois ont participé au finale. 

Les Bleus de l'eau libre au rendez-vous

Côté français le bilan s'élève aussi à 9 médailles dont 6 en or grâce à la moisson de la natation en eau libre qui remporte 4 titres avec Marc-Antoine Olivier sur 5 km, Axel Reymond sur 25 km, Aurélie Muller sur 10 km et l'épreuve par équipe ; alors que jusque là elle ne comptait  qu'un titre dans cette discipline, celui d'Aurélie Muller il y a deux ans à Kazan. Les Bleus ramènent aussi une médaille d'argent sur 10 km pour Marc-Antoine Olivier et une de bronze sur 5 km pour Aurélie Muller. Le dernier titre est venu du plongeon synchronisé par équipe où Matthieu Rosset et Laura Marino ont remporté l'or, une première pour le plongeon synchronisé français. La France termine 4e.