Jakob Fuglsang, une première sur la Doyenne

Après sa 2e place mercredi sur la Flèche Wallonne et sa 3e place dimanche dernier sur l'Amstel Gold Race, le Danois Jakob Fuglsang (Astana) est monté sur la première marche du podium en remportant Liége-Bastogne-Liège, sa première classique. Parmi les favoris, il est parti au pied de la dernière difficulté, la côte de la Roche-aux-faucons. Cette année les 15 derniers kilomètres étaient modifiés et la pluie s'est invitée dès le début de l'épreuve ainsi que le froid, cela n'empêchait pas 5 coureurs de partir dès le départ rejoints par la suite pour former un groupe de 8  après 25 kilomètres de course. Parmi eux, il y avait notamment les Français Julien Bernard (Trek) et Lilian Calmejane (Total-Direct Energie) ou encore le Suédois Tobis Ludvigsson (Groupama-FDJ). L'écart montait jusqu'à plus de 8 minutes mais dès la première ascension il chutait sous l'impulsion des équipes Deceuninck- Quick-step et Lotto Soudal qui emmenaient le peloton. Il tombait même sous les trois minutes  à l'approche de la côte de Mont-le-Soie, le peloton se scindait alors en deux le quadruple vainqueur de l'épreuve l'Espagnol Alejandro Valverde (Movistar) était distancé, il abandonnera quelques kilomètres plus loin. Dans l'ascension Bernard distançait ses compagnons d'échappée mais il avait alors moins de deux minutes d'avance au sommet. Ses poursuivants étaient repris au fur et à mesure alors qu'un groupe de contre se formait dans la côte de la Haute-Levée. Ce groupe de 29 coureurs dont les Belges Philippe Gilbert (Deceuninck Quick-step) et Greg Van Avermaet (CCC), l'Italien Vincenzo Nibali (Bahrain Merida), l'Estonien Tanel Kangert (Education First) ou encore le Sud-Africain Daryl Impey (Mitchelton Scott) revenait sur le Français à moins de 70 km de l'arrivée mais leur avance était infime et ils étaient rejoints avant la côte du Rosier. Dans celle-ci Kangert et l'Espagnol Omar Fraile (Astana) attaquaient, pris en chasse par un groupe de contre avec notamment l'Italien Damiano Caruso (Bahrain Merida) ou encore  le Suisse Michael Albasini (Mitchelton-Scott) qui revenait après le sommet. Les hommes de tête possédaient 40 secondes d'avance à 53 kilomètre de l'arrivée alors que derrière les équipes Sunweb et Deceuninck Quick step roulaient pour revenir. Arrivé dans la côte de la redoute Kangert attaquait et distançait les autres membres de l'échappée, à l'arrière dans un peloton toujours emmené par l'équipe Deceuninck-Quick-step Gilbert était distancé. A 35 km de l'arrivée l'Estonien n'avait que 10 secondes d'avance sur ses 6 poursuivants et 35 sur le peloton. Les poursuivants étaient repris par le peloton en tête duquel se trouvait l'équipe Astana à 27 km de l'arrivée. Dans la côte des Forges l'homme de tête voyait revenir l'Autrichien Patrick Konrad (Bora Hansgrohe) mais ils ne détenaient que 12 secondes d'avance sur le peloton, un contre se formait alors à 23 km avec le Belge Tim Wellens (Lotto soudal) et Impey avec seulement 5 secondes d'écart, il rentrait sur la tête de course après 4 kilomètres de poursuite. Au pied de la dernière côte Wellens distançait ses adversaires, mais il était repris après l'attaque de Fuglsang suivi du Canadien Michael Woods (Education first) et de l'Italien Davide Formolo (Bora Hansgrohe). Le Danois parvenait à lâcher tous ses adversaires. A 10 km de l'arrivée il détenait 20 secondes d'avance sur l'Italien et parvenait même à accroître son écart. Il remporte son premier monument en solitaire, Formolo finit deuxième et l'Allemand Maximilian Schachmann règle le sprint d'un groupe de poursuivants parmi lesquels se trouvait le Français Damien Gaudu (Groupama-FDJ) qui termine 6e. Le grand favori le Français Julian Alaphilippe finit seulement 16e dans le peloton, il n'aura pas pu lutter contre Fuglsang après avoir remporté leur duel mercredi. La saison des classiques ardennaises se terminent donc sur une victoire danoise, les Français devront encore attendre pour voir un successeur à Bernard Hinault sur la Doyenne.