Quintana dans son élément

Pour la première étape alpestre le Tour de France dépassait les  2000 m d'altitude, un terrain propice au Colombien Nairo Quintana distancé au général. L'échappée mettait du temps à se former et ce n'est qu'au bout de 60 kilomètres qu'un groupe de 34 coureurs se détachait avec en son sein Quintana, les Français Romain Bardet (Ag2r) et Julien Bernard (Trek), le Britannique Adam Yates (Mitchelton Scott), les Belge Tim Wellens (Lotto Soudal) et Greg Van Avermaet (CCC), le Canadien Michael Woods (Education First), l'Italien Damiano Caruso (Bahrain Merida) ou encore l'Allemand Lennard Kämna (Sunweb). Il prenait de l"avance et arrivait au sommet du premier col avec 6'31 d'avance, Wellens passait en tête pour consolider son maillot à pois devant Bardet.  A 93 km de l'arrivée Van Avermaet accélérait suivi par Bernard, le duo abordait le col de l'Izoard avec presque 8 minutes sur le peloton et plus d'1'30 sur leurs poursuivants. Dans ce col l'équipe Movistar forçait l'allure du peloton, devant Bardet et Yates attaquaient à 6 km du sommet mais voyaient revenir Quintana, un kilomètre plus loin Bernard se retrouvait seul. Près du sommet le Français se faisait passer par Bardet et Caruso, l'Italien passait en tête. Dans la descente le groupe de tête de 9 coureurs était rejoint et 17 hommes se retrouvaient alors à l'avant avec 5'50 d'avance. Derrière l'équipe Ineos se mettait à rouler, à l'approche du col du Galibier plusieurs attaques avaient lieu dans le groupe de tête alors que l'écart tombait sous les 5 minutes au pied de la dernière montée. Dans les premiers kilomètres l'échappée se séparait en deux sous l'impulsion de Van Avermaet avant qu'un groupe de 9 ne se reforme à 18,5 km du sommet. A 10 km du sommet le Kazakh Alexey Lutsenko accélérait suivi par Bardet, Quintana, Woods et Caruso alors que derrière l'équipe Ineos continuait à rouler. A moins de 8 km du sommet Woods accélérait contré ensuite par Quintana qui creusait l'écart, Bardet réagissait à 6,1 km du sommet suivi par Lutsenko mais le Colombien creusait l'écart. A 2 km du sommet le Colombien possédait plus d'une minute d'avance alors que derrière son compatriote Egan Bernal (Ineos) attaquait à moins de 4 km du sommet. Quintana passait en tête au sommet et Bardet, qui avait distancé Lutsenko dans le dernier kilomètre, s'élançait avec 1'40 de retard à sa poursuite dans la descente. Derrière, le Britannique Geraint Thomas (Ineos) attaquait dans le dernier kilomètre le Français Julian Alaphilippe était distancé, mais le Français Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) avec le Néerlandais Steven Kruijswijk (Jumbo Visma) parvenaient à rejoindre le Britannique avec eux l'Espagnol Mikel Landa (Movistar) et l'Allemand Emanuel Buchmann (Bora Hansgrohe) basculaient au sommet à 30 secondes de Bernal. Alahilippe parvenait à rentrer dans la descente alors que devant Quintana filait vers la victoire. Il l'emporte à Valloire devant Bardet qui finit à 1'35 mais endosse le maillot à pois de meilleur grimpeur, Lutsenko est 3e. Derrière Bernal arrivait à 4'46 du vainqueur et reprenait 32 secondes à ses adversaires. Alaphilippe sauve son maillot jaune mais voit revenir Bernal à 1'30 désormais son dauphin, le reste du top 5 ne change pas, mais Quintana revient dans le top 10 devant son coéquipier Landa à 3'54 d'Alaphilippe, il est désormais 7e. Demain une arrivée en altitude attend les coureurs avec la deuxième étape alpestre.