Une étape bousculée : la fin du rêve pour les Français

Assez courte l'étape vers Tignes promettait d'être agitée et dès les premiers kilomètres de course, les attaques se sont multipliaient pour prendre l'échappée, 4 coureurs prenaient les devants l'Italien Vincenzo Nibali (Bahrain Merida), les Espagnols Jesus Herrada (Cofidis) et Pello Bilbao (Astana) et l'Irlandais Dan Martin (UAE). Derrière eux  des poursuivants tentaient de revenir et y parvenaient dans le montée d'Aussois. Dans cette montée  l'étape connaissait un premier bouleversement, le Français Thibaut Pinot (Groupama-FDJ), 4e du général était distancé, il abandonnait à 86 kilomètres de l'arrivée en raison d'une lésion musculaire à la cuisse gauche. Après ce moment bouleversant, un groupe de 24 coureurs se formait à l'avant avec notamment le Britannique Simon Yates (Mitchelton Scott), le Colombien Rigoberto Uran (Education First) ou encore le Français Warren Barguil (Arkea Samsic). Mais ce groupe ne possédait q'une minute d'avance à 80 km de l'arrivée et n'atteindra jamais les deux minutes car l'écart était contrôlé par l'équipe Ineos. Dans le col de la Madeleine Nibali et son coéquipier l'Italien Damiano Caruso faisait le rythme et le groupe d'échappés diminuait, plus tard au pied du col de l'Iseran qu'il abordait avec moins de deux minutes d'avance, le groupe diminuait encore. A 8 km du sommet, l'écart était de moins d'une minute, deux kilomètres plus loin le Britannique Geraint Thomas (Ineos) accélérait, le Néerlandais Steven Kruijswijk (Jumbo Visma) et l'Allemand Emanuel Buchman (Bora-Hansgrohe) parvenaient à suivre mais pas le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck). Puis c'était au tour du coéquipier de Thomas, le Colombien Egan Bernal d'attaquer, il distançait tout le monde. Il reprenait un à un les coureurs de l'échappée jusqu'à Barguil à moins de 5 km du sommet, le Français relayait le Colombien avant d'être distancé avec un autre Colombien Uran, seul Yates parvenait à suivre jusqu'à moins d'un kilomètre du sommet. Derrière Alaphilippe désormais seul essayait de limiter l'écart sur le Colombien. Celui-ci passait en tête au sommet suivi par Yates qui revenait sur lui dans la descente, le groupe avec Thomas passait avec 54 secondes de retard et Alaphilippe avec 2'07. Ce dernier se lançait à toute vitesse dans la descente mais en plein milieu de celle-ci un événement inédit avait lieu, la course était neutralisée en raison d'une chute de grêle à l'approche de la montée de Tignes. Les coureurs étaient prévenus et les temps étaient figés au sommet de l'Iseran, les coureurs arrêtés à Val d'Isère. L'étape n'a donc pas de vainqueur mais Bernal prend le maillot jaune à Alaphilippe et possède désormais 48 secondes sur le Français et 1'16 sur son coéquipier Thomas , Kruijswijk est 4e à 1'28 et Buchmann 5e à 1'55 avant la dernière étape alpestre demain, dernière occasion pour Alaphilippe de rester sur le podium.