Nibali avec panache

Distancé au classement général et à l'attaque dans plusieurs étapes de montagnes, les efforts de l'Italien Vincenzo Nibali (Bahrain Merida) ont payé à Val Thorens. Sur une étape raccourcie, amputée du Cormet de Roseland et de la côte de Longefoy, il n'y avait que 59 kilomètres pour désigner un vainqueur et fixer le podium du Tour. Dès le départ les attaques se multipliaient et 6 hommes parvenaient à sortir du peloton dont le Belge Dylan Teuns (Bahrain Merida) ou encore le Portugais Rui Costa (UAE). Ils étaient pris en chasse par un groupe de 22 coureurs parmi lesquels figuraient Nibali, les Français Tony Gallopin (Ag2r), Pierre-Luc Périchon (Cofidis) et Anthony Turgis (Total Direct Energie), le Canadien Michael Woods (Education First) ou encore le Russe Ilnur Zakarin (Katusha). L'échappée prenait jusqu'à 2 minutes d'avance avant le retour du groupe de poursuivants à moins de 40 km de l'arrivée. L'écart montait un peu et au pied de la montée de Val Thorens à 33 km de l'arrivée l'écart était de 2'36. Dès le pied Turgis suivi par Périchon accélérait, l'échappée se disloquait. A 31 km de l'arrivée Périchon désormais seul était rejoint par Nibali et Zakarin puis par Gallopin et Woods. Derrière l'équipe Jumbo-Visma avait pris la tête du peloton et imprimait un tempo élevé, l'écart passait sous les deux minutes à 25 km de l'arrivée, et il continuait de diminuer pour passer sous la minute à moins de 14 kilomètres. C'est à ce moment que le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck) était distancé par le groupe maillot jaune et voyait s'envoler ses chances d'être sur le podium malgré l'aide de son coéquipier l'Espagnol Enric Mas, avec lui le Français Romain Bardet (Ag2r), maillot à pois, était aussi décramponné. A l'avant Nibali accélérait et distançait ses compagnons d'échappée pour aller chercher la victoire d'étape. Derrière, le dernier coéquipier du Néerlandais Steven Kruijswijk (Jumbo Visma) écarté, le Britannique Simon Yates (Mitchelton-Scott) puis le Français Warren Barguil (Arkea Samsic) et le Colombien Nairo Quintana (Movistar) accéléraient mais ne parvenaient pas à faire le trou. A 5 km de l'arrivée Nibali ne possédait plus que 30 secondes d'avance alors que le groupe maillot jaune était emmené par un coéquipier d'Emanuel Buchman (Bora Hansgrohe) mais personne n'attaquait, ayant tous récupéraient une place, les positions ne bougeaient plus. Nibali parvenait dans le dernier kilomètre avec 30 secondes d'avance mais souffrait dans les dernières pentes, il parvenait néanmoins à s'imposer en solitaire devant les Espagnols Alejandro Valverde à 10 secondes et Mikel Landa à 14 secondes (Movistar), ce qui permettait du même coup à Bardet de conserver le maillot à pois. C'est la 6e victoire d'étape pour Nibali sur le Tour et la première au général pour le Colombien Egan Bernal (Ineos) qui finit devant son coéquipier le Britannique Geraint Thomas à 1'11 et Kruijswijk à 1'56, Buchmann est 4e. Longtemps sur le podium Alaphilippe finit à 3'17 de Nibali et termine 5e du Tour à 3'45 de Bernal mais il aura fait vibrer et rêver le Tour durant trois semaines. Assuré d'un 7e maillot vert, un record, le Slovaque Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) tentera demain de remporter une première victoire sur les Champs-Elysées.