Premier monument pour Bauke Mollema

Ce samedi avait lieu le Tour de Lombardie, dernière grande classique de la saison en Italie. Au terme d'une course animée c'est le Néerlandais Bauke Mollema (Trek-Segafredo) qui s'est imposé. Parti dès les premiers kilomètres un groupe de 8 coureurs comptait jusqu'à 5 minutes d'avance avant de voir l'écart fondre et le groupe exploser dans la Madonna del Ghisalo. Un coureur se retrouvait alors en tête à 64 km de l'arrivée, l'Italien Fausto Masnada (Androni-Siderner), rejoint 3 kilomètres plus loin par le Letton Toms Skujins (Trek Segafredo). Pendant ce temps un duo sortait du peloton avec le Luxembourgeois Bob Jungels (Deceuninck). Ce dernier reprenait les différents membres de l'échappée avant de revenir dans le Mur de Sormano sur le duo à l'avant où Masnada était distancé. Derrière eux, plusieurs attaques avaient lieu dont celle de l'Italien Giulio Ciccone (Trek Segafredo) qui rentrait à l'avant à 51 km de l'arrivée. Quelques kilomètres plus loin un regroupement plus massif se faisait et c'était le Danois Jakob Fuglsang (Astana) qui prenait la tête de ce groupe dans la descente. Après des cassures dans la descente le groupe se reformait et le Belge Tim Wellens (Lotto Soudal) attaquait à 33 km de l'arrivée, accompagné de l'Allemand Emanuel Buchmann (Bora-Hansgrohe). A 20 km de l'arrivée Wellens était distancé dans Le Civiglio, alors que plusieurs accélérations avaient lieu à l'arrière dont celles du Français David Gaudu (Groupama-FDJ) et de l'Espagnol Alejandro Valverde (Movistar) qui parvenait à rentrer à l'avant de la course. A 18,5 km de l'arrivée un groupe d'une dizaine de coureurs était à l'avant, moment choisi par Mollema pour attaquer. Personne ne réagissait tout de suite et ce dernier faisait le trou. A plusieurs reprises le Français Pierre Latour tentait d'accélérer avant de réussir alors que Mollema avait déjà 29 secondes d'avance. Mais il était repris dans la descente par Valverde et le reste du groupe. Celui-ci s'élargissait mais il comptait désormais 36 secondes de retard sur l'homme à l'avant puis 43 secondes à 10 km de l'arrivée. Le Français Rudy Molard (Groupama-FDJ) revenu dans la descente décidait alors d'accélérer, il était contré par le Slovène Primoz Roglic (Jumbo-Visma) qui s'en allait seul à la poursuite du Néerlandais. Au pied de la dernière difficulté San Fermo della Battaglia, Mollema comptait 31 secondes d'avance sur le Slovène et 45 sur le groupe de poursuivants. Dans l'ascension, Roglic voyait revenir un quatuor avec Valverde, Fuglsang, le Canadien Michael Woods (Education First) et le Colombien Egan Bernal (Ineos), mais ils se regardaient, Bernal attaquait mais ne distançait personne alors que Mollema passait au sommet avec 25 secondes d'avance. Dans la descente à moins de 5 km de l'arrivée Valverde sortait et se rapprochait à moins de 20 secondes, Mollema résistait. Valverde était rejoint par Bernal mais ils ne se joueraient que la deuxième place. Mollema s'impose devant Valverde et Bernal à 16 seconde. C'est sa première victoire dans l'une des cinq grandes classiques et la première pour un Néerlandais depuis 38 ans