Le monde sportif de Sophie

29 juillet 2018

cyclisme

Kristoff pour la dernière

Il a dû attendre les Champs-Elysées pour s'imposer, le Norvégien Alexander Kristoff a remporté sa première étape sur le Tour de France 2018 et sur les Champs-Elysées au sprint au terme des 116 kilomètres de la dernière étape. Comme souvent la première partie de l'étape pour arriver à Paris n'était qu'une longue procession avec en tête de peloton l'équipe du maillot jaune le Britannique Geraint Thomas (Sky). Cette équipe laissait néanmoins sortir le Français Sylvain Chavanel (Direct Energie) dans l'avenue Montaigne. Chavanel qui faisait ses adieux à la Grande Boucle, en bouclant son 16e Tour après 18 participations entrait en tête sur les Champs-Elysées et passait en premier la future ligne d'arrivée. Repris à 54 km de l'arrivée, juste après ce passage certains coureurs tentaient de sortir du peloton, ils étaient au final 6 à partir en échappée, l'Allemand Nils Politt (Katusha), les Suisses Silvan Dillier (Ag2r) et Michael Schär (BMC), le Français Damien Gaudin (Direct Energie), le Belge Guillaume Van Keirsbulck (Wanty) et l'Américain Taylor Phinney (Education First). Ils comptaient jusqu'à 47 secondes d'avance à 4 tours de l'arrivée mais derrière eux les équipes FDJ du Français Arnaud Démare et Bora-Hansgrohe du maillot vert le Slovaque Peter Sagan contrôlaient l'écart. Elles étaient rejointes à 3 tours de l'arrivée par d'autres équipes de sprinteurs et l'écart se réduisait. A 2 tours de l'arrivée le maillot à pois le Français Julian Alaphilippe (Quick step) sortait du peloton alors que l'échappée avait moins de 20 secondes d'avance. Alaphilippe rattrapé, les échappés n'avaient plus que 10 secondes d'avance à 10 km de l'arrivée. Sentant le retour du peloton Politt s'en allait en solitaire à 8 km de l'arrivée, ses compagnons d'échappée étaient repris sur la ligne et lui à 6 km de l'arrivée. Les sprinteurs se mettaient alors en place, mais à moins de 3 km de l'arrivée l'Italien  Marco Marcato (UAE Emirates) sortait du peloton suivi par son compatriote Daniel Oss (Bora Hansgrohe) et le Belge Yves Lampaert (Quick step), ce dernier accélérait et se trouvait seul en tête à la flamme rouge, il était repris à moins de 200 m. L'Allemand John Degenkolb (Trek Segfredo) lançait alors le sprint mais Kristoff le dépassait et l'emportait sur les Champs Elysées, l'Allemand finit 2e et Démare 3e. Ce sprint clôture ainsi un Tour remporté par Thomas devant le Néerlandais Tom Dumoulin (Sunweb) et le Britannique Christopher Froome (Sky), le meilleur Français est Romain Bardet (Ag2r) 6e. Deux  Français sont montés sur le podium final en remportant chacun un classement Pierre Latour (Ag2r) qui finit meilleur jeune et gagne le classement du maillot blanc ;  et Alaphilippe, vainqueur du classement du meilleur grimpeur avec le maillot à pois. Enfin le maillot vert revient à Sagan qui remporte ce classement par points pour la sixième fois  malgré une fin de Tour compliquée en raison d'une chute. C'est un autre coureur qui a gagné le prix du supercombatif, l'Irlandais Dan Martin (UAE Emirates), plusieurs fois à l'attaque et 8e du général. Le classement par équipes est quant à lui remporté par l'équipe Movistar de l'Espagnol Mikel Landa et du Colombien Nairo Quintana, 7e et 10e du général. Le Tour 2018 est donc fini, et le Tour 2019 partira de Bruxelles en hommage notamment aux 50 ans de la première victoire du Belge Eddy Merckx sur le Tour de France. 


28 juillet 2018

Dumoulin, le plus rapide

Il était attendu, le champion du monde du contre-la-montre n'a pas manqué le dernier contre-la-montre du Tour arrivant à Espelette néanmoins le Néerlandais Tom Dumoulin (Sunweb) n'a pas pu inquiéter le maillot jaune le Britannique Geraint Thomas (Sky). Ce dernier contre-la-montre avait plusieurs enjeux pour fixer définitivement le classement général, avant la bataille des favoris l'Australien Michael Hepburn (Mitchelton-Scott) avait occupé pendant un certain temps la première place du classement provisoire en 42'15, délogé pour 5 centièmes par l'Espagnol Marc Soler (Movistar). Puis c'était au tour du Danois Soren Kragh Andersen (Sunweb) de passer en tête au  deuxième  intermédiaire battu pour moins d'une seconde par le Polonais Michal Kwiatkowski (Sky). Il en était de même à l'arrivée où le Polonais prenait la tête en 41'42. Il ne bougerait plus de cette place avant l'arrivée des favoris. Passé en tête aux intermédiaires le Russe Ilnur Zakarin (Katusha) arrivait au final avec 22 secondes de retard sur Kwiatkowski et prenait la 9e place au Colombien Nairo Quintana (Movistar) au général. Mais le Russe ne restait pas longtemps en tête puisque le Britannique Christopher Froome (Sky), 4e au général avant le chrono, explosait les temps intermédiaires. A 13 secondes au départ du troisième le Slovène Primoz Roglic (Lotto Jumbo), vainqueur hier,  le Britannique avait déjà récupéré son retard au premier intermédiaire. Roglic marqué par son étape de la veille ne parvenait pas à être dans le rythme et le vice-champion du monde du chrono laissait filer les secondes. Pendant ce temps, le Français Romain Bardet (Ag2r) 7e avant l'étape et auteur d'un bon chrono récupérait la 6e place au dépend de l'Espagnol Mikel Landa (Movistar), en finissant 22e à moins de 2 minutes du vainqueur. La victoire semblait devoir se jouer entre les deux Britanniques de l"équipe Sky et le Néerlandais Dumoulin. Froome terminait avec 49 secondes d'avance sur son coéquipier Kwiatkowski et loin devant Roglic seulement 8e au final  à 1'12 ; auteur des meilleurs intermédiaires Thomas prenait moins de risque dans la dernière partie. Alors qu'il avait devancé Dumoulin de 15 secondes au deuxième intermédiaire, il finissait à 14  secondes du Néerlandais mais conservait son maillot jaune. Passé à 2 secondes de Froome à tous les intermédiaires Dumoulin réalisait une meilleure dernière partie pour s'imposer avec une seconde d'avance en 40'52 sur le Britannique. A la veille de l'arrivée,  le podium est donc composé de Thomas  avec 1'51 d'avance sur Dumoulin et 2'24 sur son coéquipier Froome, Roglic est 4e devant son coéquipier le Néerlandais Steven Kruijswijk, le premier Français Romain Bardet est 6e à 6'57 du leader. L'Irlandais Dan Martin, 8e au général a été élu supercombatif du Tour. Demain l'étape qui finira sur les Champs-Elysées sera comme souvent promise à un sprinteur même si avec les nombreux abandons ils ne seront plus très nombreux à se disputer la victoire.

27 juillet 2018

cyclisme

Au bout de la descente, la victoire pour Roglic

Dans cette dernière étape de montagne pyrénéenne les leaders ont joué leur va-tout et au bout d'une magnifique descente le Slovène Primoz Roglic (Lotto Jumbo) s'est imposé et est monté sur la 3e marche du podium. Dernière occasion pour les grimpeurs de briller, il y avait dès le début de l'étape des prétendants à l'échappée, elle se composait en plusieurs temps, à l'initiative un trio rejoint par un autre trio au kilomètre 21 avec notamment le Luxembourgeois Bob Jungels (Quick step) et le Britannique Simon Yates (Mitchelton Scott). Puis deux contres se formaient avec 12 hommes parmi lesquels les Français Warren Barguil (Fortuneo) et Julian Alaphilippe (Quick-step) ou encore le Costaricain Andrey Amador (Movistar), ils revenaient après 60 kilomètres de course. Derrière l'équipe Katusha du Russe Ilnur Zakarin roulait. Dans le col d'Aspin le peloton se rapprochait à 3'05 avant de reperdre du temps, l'échappée perdait aussi des unités, au sommet  Alaphilippe  passait en tête et s'assurer de porter le maillot à pois sur les Champs Elysées. Avec un peu plus de 4 minutes d'avance les 10 échappés restants attaquaient le col du Tourmalet. Alors que l'écart avait un peu baissé à un peu plus de 10 km du sommet Zakarin puis l'Espagnol Mikel Landa (Movistar) sortaient du peloton, le Français Romain Bardet (Ag2r) s'en allait aussi et trouvait un relais avec un coéquipier distancé de l'échappée. Derrière le peloton perdait des coureurs et le Polonais Rafal Majka (Bora Hansgrohe) accélérait et revenait sur le trio composé de Landa, Bardet et Zakarin. A l'avant il n'était plus que 7 à 100 km de l'arrivée et l'écart était passé sous les trois minutes. Derrière cette tête de course Landa accélérait à 5 km du sommet seul Majka parvenait dans un premier temps à le suivre. Réduit à 5 l'échappée passait à 3 km du sommet avec 3 minutes d'avance alors que derrière Landa récupérait Amador pour l'aider, Bardet revenait à 1,5 km du sommet. Passé en tête au sommet avec 5 autres coureurs Alaphilippe s'élançait dans la descente avec 2'50 sur le peloton et 43 secondes sur le groupe autour de Landa. Dans la descente puis sur la partie plate, le groupe de poursuivants bataillait pour rentrer et y parvenait après une quinzaine de kilomètres grâce au travail d'Amador. A 64 km de l'arrivée, il y a avait donc 11 hommes en tête,  Amador s'écartait au pied du col des Bordères où l'échappée possédait 3'20 d'avance sur un peloton en tête duquel l'équipe Lotto Jumbo roulait car Landa était proche au général. Dès les premières pentes du col Alaphilippe était distancé puis Barguil, l'écart diminuait rapidement et passait sous les deux minutes à 3 km du sommet. Alors qu'à l'arrière Steven Kruijswijk accélérait à 15 km du sommet du col de l'Aubisque, à l'avant Landa attaquait suivi par Bardet et Majka. Dans le peloton Maillot jaune, les favoris bougeaient le Néerlandais Tom Dumoulin (Sunweb) accélérait à deux reprises ce qui distançait le Colombien Nairo Quintana (Movistar) et décramponnait  le Britannique Christopher Froome ramené par un coéquipier. Deux kilomètres plus loin Roglic accélérait et insistait s'en allant avec Dumoulin et le maillot jaune le Britannique Geraint Thomas (Sky), il revenait à 40 secondes du trio de tête. Roglic récupérait son coéquipier Kruijswijk mais celui-ci ne l'aidait pas, il passait avec 35 secondes de retard en haut du Soulor. Dans la descente avant d'entamer la dernière partie de l'ascension, Froome revenait et le groupe rejoignait l'échappée dans la dernière montée où  Majka attaquait à 2 km du sommet. Roglic accélérait ensuite par deux fois notamment avec Bardet. Majka passait en tête avec 10 secondes d'avance mais le groupe revenait sur lui dans la descente à moins de 19 km de l'arrivée. Dans la descente Froome recollait alors que Roglic faisait la descente à fond en tête de groupe. A 7,5 km de l'arrivée il prenait quelques mètres d'avance puis faisait le trou, Froome se portait en tête du groupe aidé par Dumoulin car Roglic n'était qu'à 16 secondes de lui au général. Le Slovène passait sous la flamme rouge avec un peu plus de 15 secondes d'avance et allait remporter sa deuxième victoire d'étape sur un Tour de France. Il prend aussi la troisième place au classement général en finissant avec 19 secondes d'avance sur le groupe maillot jaune réglé au sprint par Thomas devant Bardet. La dernière étape de montagnes a donc bousculé le classement général puisque Roglic est désormais 3e à 19 secondes de Dumoulin et avec 13 secondes d'avance sur Froome, son coéquipier Kruijswijk est 5e devant Landa et Bardet. Demain le contre-la-montre pourrait à nouveau offrir des changements même si le maillot jaune avec 2'05 d'avance sur le 2e semble difficilement atteignable.

26 juillet 2018

cyclisme

Démare au sprint

Il attendait cette étape prévue pour les sprinteurs après plusieurs jours difficiles dans les Pyrénées, le sprinteur français Arnaud Démare (Groupama FDJ) a remporté sa première victoire sur ce Tour 2018 au sprint. Pas forcément chanceux lors des premiers sprints du Tour, le Français a réussi à devancer ses adversaires après avoir fait rouler son équipe une bonne partie de la journée. Pourtant 5 hommes ont tenté leur chance et ont formé l'échappée du jour, il s'agissait des Australiens Mathew Hayman et de son coéquipier Luke Durbridge (Mitchelton Scott), du Français Thomas Boudat (Direct Energie), du Belge Guillaume Van Keirsbulck (Wanty) et du Néerlandais Niki Terpstra (Quick-step). Celle-ci n'arrivait pas à prendre le large et ne possédait pas plus de deux minutes d'avance, au kilomètre 66 un trio tentait de les rejoindre alors que l'écart était d'1'20, composé de l'Autrichien Michael Gogl et de son coéquipier le Belge Jasper Stuyven (Trek segafredo) ainsi que du Néerlandais Sep Vanmarcke (Education First). Mais le trio se rapprochait au mieux à 20 secondes sans parvenir à rentrer. Pendant que le trio était en contre, une chute survenait dans le peloton dans laquelle était pris le vainqueur d'hier le Colombien Nairo Quintana (Movistar), sans gravité. Devant le trio devenait duo et était repris à moins de 100 km de l'arrivée. Après le sprint intermédiaire l'échappée reprenait un peu de marge avec 1'50 d'avance, mais celui-ci retombait avec le contrôle à l'avant du peloton des équipes Groupama-FDJ et Cofidis. Le peloton se rapprochait progressivement et l'écart tombait sous la minute à moins de 40 km de l'arrivée avant de remonter. Dans les trente derniers kilomètres le rythme derrière les échappés s'accélérait et l'écart oscillait entre 30 et 50 secondes. En haut de la côte d'Anos à 20 km de l'arrivée, les cinq hommes de tête ne possédaient plus que 25 secondes. Ils étaient rejoints 2 kilomètres plus loin par une dizaine de coureurs sortis du peloton puis  étaient repris à 16 km de l'arrivée. C'était alors l'équipe Bora Hansgrohe du Slovaque Peter Sagan qui prenait en partie les commandes à moins de 10 km de la ligne. Dans le dernier kilomètre Démare lançait le sprint à 150 m de la ligne et résistait à la remontée de son compatriote Christophe Laporte (Cofidis), qui finit 2e, le Norvégien Alexander Kristoff  (UAE Emirates) est 3e. Pour le classement général rien ne change avant la dernière étape de montagne demain.

Posté par esprit sport à 18:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 juillet 2018

cyclisme

Quintana à l'attaque

Huitième avant cette étape atypique menant à Saint-Lary-Soulan col du Portet, le Colombien Nairo Quintana (Movistar) a attaqué au pied de la dernière montée pour s'imposer au terme de 65 kilomètres. Pour cette étape assez courte, le départ était donné directement avec les premiers du classement général placés sur une grille de départ. Si rien ne se passait du côté des leaders, le Français Lilian Calmejane (Direct Energie) était à l'attaque dès le début, dans son sillon plusieurs coureurs tentaient de se glisser dans l'échappée. Un coureur se retrouvait rapidement à l'avant l'Estonien Tanel Kangert (Astana). Alors qu'à l'arrière il y avait déjà plusieurs coureurs distancés un groupe de contre se formait avec 19 coureurs dont l'Espagnol Alejandro Valverde (Movistar) et le Polonais Rafal Majka (Bora Hansgrohe) rejoint par un quatuor avec le maillot à pois le Français Julian Alaphilippe ) à 10 km du sommet du col de Peyragudes. Devant Kangert était rejoint par le Français Nicolas Edet (Cofidis) et possédait 17 secondes d'avance sur ses poursuivants, ceux-ci  bataillaient pour revenir sur le duo, un trio avec Alaphilippe, le Croate Kristijan Durasek (UAE Emirates) et l'Espagnol Jesus Herrada (Cofidis) parvenait à se détacher à 6 km du sommet.  Edet était lâché et Kangert poursuivait seul l'ascension avec 2'12 d'avance sur le peloton et 28 secondes sur le trio de poursuivants. Dans le dernier kilomètre de la montée Alaphilippe et Durasek distançaient Herrada qui revenait un temps dans la descente avant d'être lâché. Le Français passait en deuxième position au sommet et faisait la descente avec le Croate, ils revenaient à 41 km de l'arrivée et le trio possédait 3'27 d'avance. Au pied du col de Val Louron Azet ils avaient 52 secondes sur leurs poursuivants, pendant ce temps en tête de peloton l'équipe Ag2r faisait rouler un équipier du Français Romain Bardet. Puis c'était le maillot blanc Pierre Latour (Ag2r) qui accélérait sans faire le trou. Devant le trio  comptait une minute d'avance sur 7 hommes puis 4 dont Valverde et Majka et l'écart diminuait avec la tête du peloton. En tête de celui-ci l'Espagnol Marc Soler (Movistar)  avait pris le relais de Latour. Alaphilippe passait en tête au col avec 2'10 sur le peloton, dans la descente il distançait Durasek mais Kangert s'accrochait, derrière eux 5 hommes, qui reprenaient au pied du col du Portet Durasek. Au début de cette ultime montée le duo avait 2'40 sur le peloton, Kangert distançait rapidement Alaphilippe qui avait consolidé son maillot à pois. Dans les premières pentes du col le peloton maillot jaune était secoué par une accélération de l'lrlandais Dan Martin (UAE Emirates) et d'une attaque de Quintana. C'était ensuite au tour du Slovène Primoz Roglic (Lotto Jumbo) d'accélérer suivi par le Britannique Christopher Froome (Sky) mais le Néerlandais Tom Dumoulin (Sunweb) ramenait les autres favoris. Dans le même temps Quintana était revenu sur son coéquipier Valverde qui faisait le train pour lui avant de s'écarter à 10 km du sommet. Le duo Quintana-Majka revenait sur Kangert à 8,5 km de l'arrivée, ce dernier ne pouvait suivre mais était élu plus combatif, 2 km plus tard le Polonais cédait à son tour, Quintana s'en allait seul. Derrière lui, Martin se rapprochait à une vingtaine de secondes avant de reperdre du terrain. Derrière Bardet était distancé du groupe des favoris à 6 km de l'arrivée, avant que le Néerlandais Steven Kruijswijk (Lotto Jumbo) n'accélère. Alors qu'à l'avant avec une avance de moins d'une minute Quintana filait vers la victoire, dans le groupe des favoris Roglic attaquait à 1,5 km de l'arrivée, seul le maillot jaune Geraint Thomas (Sky) pouvait d'abord suivre, puis Dumoulin rentrait au train, Froome n'arrivait pas à suivre. Dumoulin et Roglic roulaient ensuite pour distancer Froome. Quintana l'emportait au final avec 28 secondes d'avance sur Martin, Thomas terminait 3e à 47 secondes. Il reprend encore du temps à ses adversaires en prenant quelques mètres à Dumoulin et Roglic qui finissent à 52 secondes de Quintana. Arrivé avec 1'35 de retard, Froome cède sa 2e place à Dumoulin et voit revenir Roglic 4e à 16 secondes. Bardet quant à lui perd 2'35 sur Quintana, qui prend sa 5e place, il est désormais 8e. Le top 10 a été bousculé dans cette courte étape mais le maillot jaune est toujours solidement attaché aux épaules de Thomas avec 1'59 d'avance sur Dumoulin et avant une étape pour sprinteurs à Pau même si le maillot vert le Slovaque Peter Sagan (Bora Hansgrohe) a chuté.


24 juillet 2018

cyclisme

Et de deux pour Alaphilippe

Une semaine après sa première victoire au Grand Bornand le Français Julian Alaphilippe (Quick-step) a récidivé à Bagnères-de-Luchon après une étape animée. La course a d'abord dû être neutralisée après une trentaine de kilomètres de course suite à une manifestation d'agriculteurs, puis plusieurs tentatives d'échappées échouaient avec différents initiateurs dont le Français Warren Barguil (Fortuneo) et le Britannique Adam Yates (Mitchelton-Scott). Ce n'est qu'au bout de 114 kilomètres de course qu'un groupe de 27 puis de 44 coureurs s'en allait, rejoint ensuite par les Français Pierre Latour (Ag2r), maillot blanc, et Guillaume Martin (Wanty) ainsi que l'Allemand Nils Politt (Katusha), ils étaient donc 47 en tête après 118 kilomètres de course et  prenaient rapidement du temps. Parmi les échappés se trouvaient Yates, Barguil, Alaphilippe mais également les Espagnols Marc Soler (Movistar) et Gorka Izagirre (Bahrain Merida), les Italiens Dominico Pozzovivo (Bahrain Merida) et Damiano Caruso (BMC), les Néerlandais Bauke Mollema (Trek Segafredo) et Robert Gesink (Lotto Jumbo) ou encore le Belge Philippe Gilbert (Quick step). Alors que les échappés avaient 8'30 d'avance sur le peloton Gilbert s'en allait à 71 km de l'arrivée, il arrivait au pied du Portet d'Aspet avec 8'55 sur le peloton et 28 secondes sur les autres échappés. Dans ce col il creusait l'écart, à 1 km du sommet il possédait 1'05 d'avance sur ses poursuivants dont le nombre avait diminué sous le coup des accélérations. Passé en tête au sommet, il était suivi par son coéquipier Alaphilippe qui passait en deuxième position, à la lutte avec Barguil pour le maillot à pois. Cependant dans la descente le Belge manquait une trajectoire et passait par-dessus un parapet. Il se relevait et repartait mais le reste de l'échappée était déjà passé, il sera néanmoins nommé le plus combatif à l'arrivée. L'échappée enchaînait avec le col de Menté où Caruso, Gesink et Barguil prenaient un peu d'avance. Barguil était rapidement distancé et c'était un duo qui menait la course à 6 km du sommet, derrière lui un groupe de contre d'une quinzaine de coureurs tentait de revenir de manière désorganisée. Alaphilippe y allait  seul à 1 km du sommet et passait en tête, il s'élançait ensuite dans la descente rejoint par l'Autrichien Gregor Mühlberger (Bora-Hansgrohe), mais à la fin de la descente ils se relevaient, un groupe de 13 puis de 17 coureurs se formait à 33 kilomètres de l'arrivée. Dans cette portion de plat en Espagne, les échappés se ravitaillaient, ils arrivaient groupés au pied du Col du Portillon, dernière difficulté où Barguil était rapidement distancé. Plusieurs attaques avaient lieu un duo se détachait composé de Pozzovivo et Gesink à 6,5 km du sommet, rejoint par  Mollema. Alors qu' à l'arrière l'équipe Movistar avait accéléré l'allure du peloton et faisait tomber l'écart à 9'30, à l'avant un trio avec Izagirre, Yates et Soler rejoignait le trio de tête. Alaphilippe parvenait aussi à revenir à 3,4 km du sommet où Yates accélérait. Il avait 30 secondes d'avance à 1,5 km du sommet, à 1 km Alaphilippe accélérait et passait à 15 secondes du Britannique au sommet. Pendant ce temps dans le peloton le Danois Jakob Fuglsang (Astana) puis le Russe Ilnur Zakarin (Katusha) accéléraient et tentaient de partir, sans succès. A l'avant dans la descente un duel était engagé entre Yates et Alaphilippe, chacun prenait des risques et dans un virage Yates partait à la faute. S'il se relevait rapidement pour repartir dans le sillage d'Alaphilippe, il était plus prudent et ne pouvait suivre le Français. Il était rejoint par Izagirre, puis Mollema. Avec un écart oscillant entre 10 et 20 secondes sur ses poursuivants, Alaphilippe filait vers sa deuxième victoire d'étape. Dans le dernier kilomètre assuré de l'emporter il savourait son succès. Le Français signe donc un doublé sur ce Tour et conforte son avance en tête du classement de la montagne.  Ses poursuivants arrivaient 15 secondes plus tard Izagirre  finissait 2e et Yates 3e, le peloton arrivait à plus de 8 minutes sans changement dans le top 10 mais Latour, maillot blanc remonte à la 13e place après sa 10e place du jour et avant l'étape inédite de demain avec seulement 65 km de course.

22 juillet 2018

cyclisme

Nielsen plus rapide

Après leur victoire hier avec l'Espagnol Omar Fraile, l'équipe Astana engrange une deuxième victoire d'affilée avec le Danois Magnus Cort Nielsen vainqueur dans le sprint d'un trio à Carcassonne. Membre de l'échappée qui avait eu du mal à se former, il faisait partie de celle-ci avec 28 autres coureurs. Partie après 43 kilomètres de course, elle était composée entre autres des Français Lilian Calmejane et Fabien Grellier (Direct Enegie), Julien Bernard (Trek Segafredo), du Néerlandais Bauke Mollema (Trek Segfredo), de l'Italien Dominico Pozzovivo (Bahrain Merida), de l'Espagnol Ion Izagirre (Bahrain Merida) ou encore du Polonais Rafal Majka (Bora-Hansgrohe). Ils arrivaient avec 5 minutes d'avance au pied du col de Sié où Calmejane attaquait à 5 km du sommet et plus de 120 kilomètres de l'arrivée, il creusait l'écart sur ses poursuivants, pour avoir 1'20 au sommet et 6'20 sur le peloton. Il était néanmoins repris à 102 kilomètres de l'arrivée après avoir coupé son effort. Alors que l'écart continuait de croître avec le peloton un trio se détachait à 80 km de l'arrivée avec Grellier,  le Belge Greg Van Avermaet (BMC) et le Letton Toms Skujins (Trek Segafredo), repris Grellier insistait. Il était rejoint par Bernard à 66 km de l'arrivée, ils passaient en tête au sprint intermédiaire avec plus de 10 minutes d'avance sur le peloton et 45 secondes sur leurs poursuivants. Au début du Pic de Nore leur avance grimpait pour atteindre 2 minutes sur les poursuivants à 9 km du sommet et 12 sur le peloton, mais le groupe des poursuivants éclatait et certains commençaient à reprendre du temps. Majka accélérait avec 30 secondes de retard, il reprenait les deux Français et s'en allait seul à 5 km du sommet ; pendant qu'à l'arrière l'Irlandais Dan Martin (UAE Emirates) sortait du peloton dans la première partie de la montée. Derrière Majka, Nielsen et Mollema passaient au sommet avec 30 secondes de retard, puis juste derrière eux un autre groupe. A l'arrière Martin comptait une minute d'avance sur le peloton. Passé en tête à 25 km de l'arrivée, Majka ne comptait plus que 15 secondes d'avance, il se relevait à 14 km de la ligne, 8 hommes étaient alors à l'avant mais suite à une attaque de Pozzovivo et un contre de Nielsen un trio se retrouvait en tête à 6 km de l'arrivée, alors qu'à l'arrière Martin était repris au pied de la descente. Le trio avec Nielsen, Izagirre et Mollema allait se jouer la gagne, à moins de 300 mètres Izagirre lançait le sprint mais Nielsen plus puissant le dépassait et l'emportait devant l'Espagnol et Mollema, les poursuivants arrivaient une trentaine de secondes après et le peloton à plus de 12 minutes, il n'y a pas de changement dans les classements avant la journée de repos.

21 juillet 2018

cyclisme

Omar Fraile en solitaire à Mende

En ce jour de fête nationale belge, un Belge Jasper Stuyven (Trek Segafredo) a bien failli s'imposer à Mende, mais il lui a manqué un peu moins de 3 km, c'est finalement l'Espagnol Omar Faile (Astana) revenu dans le final qui s'impose sur l'aérodrome. Le début d'étape avait été animé, plusieurs attaques et un peloton divisé en 4 groupes suite à une bordure ont marqué les premiers kilomètres. Puis au kilomètre 12, 4 hommes se retrouvaient en tête, Fraile, les Français Julian Alaphilippe (Quick-step) et Anthony Perez (Cofidis) ainsi que le Belge Thomas De Gendt (Lotto Soudal), ils étaient rejoints au kilomètre 20 par 28 autres coureurs, ils avaient alors 3 minutes d'avance. Dans cette échappée plusieurs équipes étaient bien représentées et des coureurs comme les Belges Greg Van Avermaet (BMC) et Philippe Gilbert (Quick-step), les Français Lilian Calmejane (Direct Energie) et Pierre Rolland (Education First), l'Italien Damiano Caruso (BMC), le maillot vert le Slovaque Peter Sagan (Bora Hansgrohe) ou encore l'Espagnol Gorka Izagirre (Bahrain Merida) en faisaient partie. L'écart grimpait progressivement car la Sky contrôlait à l'arrière mais il atteignait 7 minutes à 100 km de l'arrivée. Dans le Col de la Croix de Berthel, Izagirre attaquait à 3,5 km du sommet et 63 km de l'arrivée, il passait au sommet avec 11 minutes d'avance sur le peloton qui laissait filer. Il était rejoint dans la descente par le Néerlandais Tom-Jelte Slagter (Dimension Data) et Stuyven. Le trio s'entendait alors qu'à l'arrière la poursuite avait du mal à s'organiser, le trio arrivait avec 1 minute d'avance sur ses poursuivants au pied du Col du Pont sans eau. Le Belge Yves Lampaert (quick step) essayait bien de ramener le groupe des poursuivants mais sans succès. Le trio passait en tête au sommet et comptait plus de 15 minutes sur le peloton et 1'36 sur les poursuivants à 38 km de l'arrivée. Ce groupe qui avait perdu des coureurs voyait plusieurs tentatives pour partir dont celle de De Gendt qui était rejoint par Calmejane, tandis qu'à l'avant Stuyven s'en allait seul à 35 km de l'arrivée, Izagirre et Slagter ne s'entendant plus. Stuyven comptait jusqu'à 1'50 d'avance sur ses poursuivants qui se regroupaient. Il arrivait au pied de la Côte de la Croix neuve avec 1'42 sur ses poursuivants et plus de 20 minutes sur le peloton, au pied de la montée Fraile attaquait. Puis Alaphilippe partait à 1,5 km du sommet, mais l'Espagnol revenait dans le dernier kilomètre de la montée sur Stuyven qui ne pouvait le suivre, il passait en tête au sommet et filait vers la victoire. Revenu sur Stuyven au sommet, Alaphilippe ne pouvait reprendre l'Espagnol qui s'offre une première victoire sur le Tour. Alaphilippe finit 2e, Stuyven 3e et Sagan vient terminer 4e. Plus d'un quart d'heure plus tard le peloton était dans la montée où le Slovène Primoz Roglic (Lotto jumbo) attaquait, puis le Néerlandais Tom Dumoulin (Sunweb) pour revenir sur ce dernier mais seuls le maillot jaune le Britannique Geraint Thomas et son compatriote Christopher Froome (Sky) pouvaient suivre. Le trio finit à 8 secondes de Roglic, le Français Romain Bardet (Ag2r) perd 22 secondes sur le Slovène. Le classement général  ne change pas mais demain pourrait encore offrir l'occasion de reprendre quelques secondes.

Posté par esprit sport à 20:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 juillet 2018

cyclisme

Sagan à nouveau

Alors que plusieurs sprinteurs avaient abandonné dans les dernières étapes alpestres, l'étape arrivant à Valence offrait la possibilité d'un sprint ouvert, mais c'est une nouvelle fois le sprinteur slovaque Peter Sagan (Bora Hansgrohe) qui s'est imposé. Pourtant une échappée a bien essayé de faire déjouer les pronostics, 2 hommes partaient dès les premiers kilomètres le Belge Thomas De Gendt (Lotto Soudal) et le Néo-Zélandais Tom Scully (Education First). Ils étaient rejoints après 29 km de course  par un duo formé par le Belge Dimitri Claeys (Cofidis) et le Suisse Michael Schär (BMC), le quatuor comptait alors 3'20 d'avance. Il n'obtiendrait pas plus de liberté d'un peloton emmené par l'équipe Groupama-FDJ pour le Français Arnaud Démare et aidée par l'équipe Bora-Hansgrohe de Sagan. Les kilomètres défilaient et l'écart diminuait passant sous la minute à 65 km de l'arrivée. Il oscillait alors entre 45 secondes et 1'15, mais à 25 km de l'arrivée il n'était plus que de 30 secondes, De Gendt se relevait et Schär décidait de partir seul.  Son avance remontait jusqu'à 50 secondes, il résistait jusqu'à 6 km de l'arrivée avant d'être repris par un peloton emmené par l'équipe Sky du maillot jaune. Alors que Schär était désigné le plus combatif, les équipes de sprinteurs se mettaient en place, l'équipe Trek-Segafredo prenait la tête du peloton dans les 3 derniers kilomètres ; mais à 900 m de la ligne le Belge Philippe Gilbert (Quick-step) attaquait, il était repris à 300m où Démare lançait le sprint. Parti de trop loin, il était dépassé par le Norvégien Alexander Kristoff (UAE Emirates) et Sagan qui s'imposait pour la troisième fois sur ce Tour. Ce dernier renforce encore un peu plus son maillot vert. Suite à l'abandon de l'Italien de Vincenzo Nibali (Bahrain Merida), 4e du général et non-partant ce matin, le Slovène Primoz Roglic (Lotto Jumbo) prend la quatrième place au général et le Français Romain Bardet (Ag2r) la 5e, le maillot jaune ne change pas avant l'arrivée à Mende demain.

 

19 juillet 2018

cyclisme

L'Alpe d'Huez pour le maillot jaune

Vainqueur hier sans le maillot, le Britannique Geraint Thomas (Sky) s'est imposé aujourd'hui avec dans une sorte de sprint en haut de l'Alpe d'Huez. Pourtant un homme a bien failli réussir l'exploit du jour en partant à plus de 70 km de l'arrivée mais il aura manqué moins de 4 kilomètres au Néerlandais Steven Kruijswijk (Lotto Jumbo) pour s'imposer. Parti dans une échappée qui se formait dans le Col de la Madeleine, le Néerlandais 6e au général se retrouvait avec une trentaine de coureurs à l'avant dont les Espagnols Alejandro Valverde (Movistar) et Mikel Nieve (Mitchelton Scott), les Français Julian Alaphilippe (Quick step), Warren Barguil (Fortuneo), Pierre Rolland (Education First) ou encore le Polonais Rafal Majka (Bora-Hansgrohe). Alaphilippe passait en tête au sommet pour consolider son maillot. Puis juste avant les lacets de Montvernier Rolland partait seul, il passait avec 3'40 d'avance au sommet puis 4 minutes d'avance à 85 km de l'arrivée. Au pied de la Croix de Fer il était rejoint par Valverde, Kruijswijk et Barguil puis par 7 autres coureurs dont Majka et le Russe Ilnur Zakarin (Katusha). Avec seulement 4 minutes d'avance Kruiswijk attaquait à 18 km du sommet, il creusait l'écart sur ses poursuivants et le peloton. Dans ce dernier les équipes Movistar et Ag2r mettaient des hommes à rouler alors que le Néerlandais passait avec 6 minutes d'avance au sommet. Mais dans la descente où le peloton était mené par l'équipe Sky il perdait du temps, il arrivait au pied de l'Alpe d'Huez avec 4'20 d'avance. Le tempo de la Sky au pied de la montée faisait lâcher plusieurs coureurs. A 10 km de l'arrivée  l'Irlandais Dan Martin (UAE Emirates) était distancé, à 9 km l'Italien Vincenzo Nibali (Bahrain Merida) attaquait  mais leColombien Egan Bernal qui faisait le rythme ne s'affolait pas, il revenait ensuite sur son compatriote Nairo Quintana (Movistar) qui avait lui aussi attaqué. Alors que l'écart continuait de fondre l'Espagnol Mikel Landa (Movistar) attaquait suivi par le Français Romain Bardet qui contrait à moins de 7 km, Quintana était distancé. Thomas revenait sur Bardet avant que Christopher Froome n'accélère et reprenne  Kruiswijk, nommé plus combatif,  à un peu moins de 4 km de l'arrivée, Nibali était lui victime d'une chute.  Le Britannique était néanmoins repris par le Néerlandais Tom Dumoulin (Sunweb) qui rentrait sur lui avec Thomas et Bardet. Alors que Landa revenait aussi, Bardet attaquait à 2,5 km de la ligne mais Froome revenait. Les quatre hommes se regardaient et Landa les reprenait une nouvelle fois. Ils arrivaient à 5 pour se jouer la victoire, mais Thomas était le plus fort et s'imposait devant Dumoulin et Bardet. Nibali arrivait avec le Slovène Primoz Roglic (Lotto Jumbo) à 13 secondes. Au classement général, le Britannique renforce son maillot jaune, il a désormais 1'39 sur son coéquipier et 1'50 sur Dumoulin, Bardet remonte à la 6e place à 3'07. Cette étape marque la fin des étapes alpestres où plusieurs sprinteurs ont abandonné ainsi que le Colombien Rigoberto Uran (Education First), demain direction Valence avec une étape de transition.