Le monde sportif de Sophie

18 décembre 2017

Handball féminin

Un doublé pour le handball français

Après la victoire des hommes à domicile lors du Mondial en janvier, les filles de l'équipe de France de handball ont rejoint ce dimanche leurs homologues masculins en remportant le Mondial en Allemagne. Face à la meilleure équipe du monde, la Norvège, double championne du monde et championne d'Europe et du monde en titre, les Françaises n'ont pas fait de complexes. Après avoir ouvert le score les Bleues menaient rapidement 2-0 mais la tendance se renversaient et les Norvégiennes infligeaient un 4-0 aux Françaises,  prenant l'avantage 7-4 au quart d'heure de jeu après un tir de Nora Mork. En place en défense les Bleues recollaient au score à la 18e grâce à Camille Ayglon et à leur gardienne Amandine Leynaud qui réussissait 7 arrêts en première période. Revenues à égalité les Françaises passaient en tête juste avant la pause, 11-10. Après la mi-temps, les Bleues continuaient sur leur lancée Alexandra Lacrabère et Estelle Nze Minko permettaient à leur équipe de prendre 3 buts d'avance mais en face les Norvégiennes réagissaient Mork et Veronica Kristiansen ramenaient leur équipe à 16-16 à 20 minutes de la fin. La partie était serrée, les deux équipes se répondaient, 18-18 à la 50e.  Dans les dernières minutes Allison Pineau donnait pourtant l'avantage à son équipe avec notamment un jet de 7 m décisif, Alexandra Lacrabère clôturait le score 23-21. Les Françaises remportent leur deuxième titre de championne du monde, 14 ans après le premier. Après un début de mondial compliqué elles sont montées en puissance pour aller décrocher ce titre. C'est la deuxième fois seulement dans l'histoire du handball qu'un pays voit ses deux équipes féminine et masculine remportaient le titre mondial la même année.

Posté par esprit sport à 16:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


11 novembre 2017

Football

La France victorieuse face aux Gallois

Un mois après s'être qualifiée pour le mondial en Russie, la France retrouvait vendredi soir au Stade de France le Pays de Galles. Non qualifié pour le Mondial et privé de Gareth Bale, les Gallois se sont inclinés face à une équipe de France où l'attaque  a brillé. Dès la 7e minute de jeu sur un centre en retrait de Kylian Mbappé, Blaise Matuidi voyait sa frappe repoussée par le gardien gallois Wayne Hennessay. Malgré un pressing haut des Gallois, les Français trouvaient les espaces, quelques minutes plus tard Mbappé sur une passe de Giroud voyait sa frappe rebondir et taper la transversale. A force de pousser les Bleus trouvaient la faille à la 18e sur une ouverture de Corentin Tolisso, Antoine Griezmann de dos ajustait une reprise de volée qui trompait le gardien adverse, 1-0 pour la France. Les Bleus obtenaient ensuite plusieurs occasions sans concrétiser, mais à la 36e sur une frappe de Chris Gunter, Steve Mandanda, qui remplaçait le capitaine Hugo Lloris blessé et non sélectionné, était sollicité. A la mi-temps la France gardait son avantage et au retour des vestiaires le sélectionneur Didier Deschamps faisait tourner son effectif en faisant entrer Benjamin Pavard et Steven Nzonzi, les deux nouveaux en sélection à la place de Christophe Jallet et Tolisso. Les Français repartaient sur le même rythme, après une accélération fulgurante, une frappe de Kingsley Coman trouvait le poteau. A l'heure de jeu Griezmann cédait sa place à Nabil Fékir, peu après cette sortie les Gallois obtenaient une grosse occasion, d'une frappe à 20 m Aaron Ramsey obligeait Manddanda à détourner le ballon du pied, celui-ci  était récupéré par Gunter. Ce dernier centrait mais Mandanda vigileant repoussé le ballon. Peu de temps après sur un centre en retrait de Mbappé, Olivier Giroud donnait de l'air à l'équipe de France d'une frappe du gauche qui scotchait le gardien. La France menait alors 2-0, après la sortie de Giroud remplacé par Alexandre Lacazette et celle de Coman remplacé par Anthony Martial, les Bleus trouvaient à deux reprises le cadre du but adverse, Samuel Umtiti d'abord sur une frappe rencontrait la transversale puis Pavard pour sa première sélection voyait sa frappe croisée après contrôle toucher le poteau. A moins de dix minutes de la fin MBappé laissait sa place à Florian Thauvin. Les Gallois frappaient ensuite à deux reprises sans que Mandanda ait besoin de s'employer. La France s'impose donc face aux Gallois avant de retrouver l'Allemagne mardi à Cologne

Posté par esprit sport à 20:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

12 octobre 2017

Football

La France ira en Russie

Les Bleus devaient s'imposer mardi soir pour être sûrs d'aller au Mondial, ils ont rempli leur objectif en signant une victoire 2-1 face à al Biélorussie. Réalistes, les Français avec Olivier Giroud, Thomas Lemar et Kingsley Coman, à la place d'Alexandre Lacazette, N'Golo Kanté  et Kylian Mbappé débutaient bien la rencontre même si en face la Biélorussie arrivait aussi à prendre de court la défense tricolore. A la 18e la France obtenait un corner, Raphaël Varane de la tête obligeait le gardien biélorusse Sergey Chernik à faire une parade, deux minutes plus tard la tête de Giroud sur un centre de Coman trouvait la transversale. A ce moment là, les Français poussaient et mettaient en danger la défense biélorusse, aussi peu avant la demi-heure de jeu sur une ouverture de Blaise Matuidi, Antoine Griezmann arrivait à tromper Chernik et ouvrait le score. Quelques minutes plus tard sur une ouverture de Griezmann qui avait récupérer le ballon suite à une mauvaise relance, Giroud réussissait sa frappe malgré la sortie du gardien et le retour de deux défenseurs,il inscrivait le deuxième but des Bleus. Mais après ces vingt minutes intenses, la France perdait son rythme et la Biélorussie se procurait plusieurs occasions. Avertis une première fois sur une frappe en demi-volée d'Anton Saroka à la 42e, les Bleus encaissaient un but juste avant la mi-temps suite à un centre pour Saroka, qui réduisait le score. Déconcentrée la France rentrait aux vestiaires sur un score qui ne les mettait pas tout à fait à l'abri d'un retour biélorusse. Le début de la seconde période était à l'image de la fin de la première, les Français n'arrivaient pas à trouver des ouvertures face à un bloc défensif biélorusse plus haut et plus compact. Ils étaient même plusieurs fois bousculés en défense sur des débordements biélorusses. A l'heure de jeu, Coman cédait sa place à Mbappé, ce dernier réussissait quelques récupérations mais ne parvenait pas à ajuster ses centres, à la 76e sur une ouverture il filait vers le but mais s'effondrait dans la surface suite à la sortie du gardien,  l'arbitre laissait jouer. A 5 minutes de la fin Lemar laissait sa place à Dimitri Payet cependant son entrée ne changeait rien. Après un cafouillage dans la surface de réparation tricolore, la Biélorussie obtenait la dernière occasion de la rencontre avec une frappe qui passait à côté du but de Lloris. Les Français sont qualifiés directement pour le Mondial sans passer par les barrages, à l'inverse des Suédois qui malgré leur défaite 2-0 face aux Pays-Bas auront une chance de se qualifier, les Néerlandais sont quant à eux éliminés.

07 octobre 2017

football

Les Bleus toujours en tête

Ils devaient s'imposer samedi soir en Bulgarie pour avoir leur sort entre leurs mains, les Français ont gagné par le plus petit des écarts. Mais cette victoire 1-0 permet à la France de rester en tête de son groupe avec 1 point d'avance sur la Suède, victorieuse du Luxembourg 8-0. Bien entrés dans leur match, les Français n'ont pas tardé à ouvrir le score à la 3e minute sur un contrôle de Lucas Digne, Antoine Griezmann remettait pour Blaise Matuidi qui inscrivait le seul but de la rencontre d'une frappe croisée. Dominatrice en première période, la France se créait plusieurs occasions  comme au quart d'heure de jeu où Griezmann manquait sa reprise, puis à la 29e  Kylian Mbappé décalait la balle pour Alexandre Lacazette dont la frappe était contrée. Trois minutes plus tard les Bleus perdaient N'Golo Kanté sur blessure remplacé par Adrien Rabiot.  Hugo Lloris devait ensuite s'employer sur un centre qu'il repoussait mais que Spas Delev remisait de la tête pour Georgi Kostadinov au 6 mètres, Lloris repoussait alors une nouvelle fois le ballon. Juste avant la mi-temps Mbappé après un corner de Griezmann tirait en angle fermé mais manquait la lucarne. La France menait 1-0 à la mi-temps. Au retour des vestiaires les Bulgares poussaient et occupaient le camp français, les Bleus se créaient moins d'occasions. A la 56e sur un centre de Djibril Sidibé, Mbappé manquait sa reprise, 10 minutes plus tard c'était Lacazette qui manquait sa passe avec Griezmann à l'entrée de la surface bulgare. Les Bulgares continuaient à être offensifs et parfois agressifs notamment par des tacles sur Corentin Tolisso. A la 69e Kostadinov centrait mais sa frappe était repoussée, quelques minutes plus tard la Bulgarie obtenait un coup franc sans conséquences. A la 76e Lacazette laissait sa place à Dimitri Payet puis à la 81e c'était Mbappé qui était remplacé par Olivier Giroud. L'entrée des deux joueurs ne changeait rien, Lloris captait encore une frappe dans les arrêts de jeu mais la France l'emportait 1-0 face à la Bulgarie. C'est la première fois qu'elle s'impose à Sofia depuis 1932. Elle jouera sa qualification mardi face à la Biélorussie au Stade de France, la Suède reste 2e et les Pays-Bas 3e à 4 points de la France, les deux équipes se retrouveront mardi pour le dernier match de qualifications à la coupe du monde 2018.

cyclisme

Nibali s'offre le Tour de Lombardie

Vainqueur en 2015, Vincenzo Nibali (Bahrain Mérida)  a remporté pour la deuxième fois la classique des feuilles mortes. Parti en solitaire dans la descente de l'avant-dernière difficulté du jour à 8,5 km de l'arrivée, il s'impose avec 28 secondes d'avance sur Julian Alaphilippe (Quick-step floors). La journée avait d'abord était animée par une première échappée de 6 coureurs formée après la première ascension  et qui avait compté jusqu'à 10 minutes d'avance. Mais sous l'impulsion de plusieurs équipes dont la Bahrain-Merida de Nibali, l'écart fondait pour atteindre moins de 3 minutes à l'approche de la Madonna del Ghisallo à 75 km de l'arrivée. Au pied de celle-ci Jesus Herrada (Movistar)  accélérait puis Laurens De Plus (Quick-step floors)  tentait de partir avec deux autres coureurs. Le groupe de contre était ensuite rejoint par Mikaël Chérel (Ag2r) et Primoz Roglic (Lotto Jumbo). Alors qu'à l'avant il  ne restait plus que Davide Ballerini et Matthias Le Turnier (Cofidis), le groupe de contre s'était transformé en trio avec De Plus, Roglic et Chérel. A 1 km du sommet le Français de la Cofidis était seul en tête mais il était rejoint  par Chérel et De Plus. Au pied du mur de Sormano Chérel s'isolait  et passait au sommet en tête avec 20 secondes d'avance sur De Plus. Derrière Nibali accélérait suivi par Nairo Quintana (Movistar), Thibaut Pinot (FDJ), Julian Alaphilippe (Quick-step), Fabio Aru (Astana) et des coureurs d'UAE Emirates. Dans la descente De Plus qui était le poursuivant le plus proche de Chérel était victime d'une chute impressionnante. Après un regroupement à l'arrière  Philippe Gilbert (Quick step) profitait d'un moment de répit pour  partir à 36 km de l'arrivée A l'approche du  Civiglio il était à 30 secondes du Français mais celui-ci était repris avant le pied par un trio composé de Gilbert, Alessandro De Marchi (BMC)  et Pello Bilbao (Astana). Dans la montée du Civiglio le Français était distancé par le trio  mais celui-ci était repris  1 km plus loin. Après plusieurs accélérations infructueuses, Pinot attaquait par 3 fois à 18 km de l'arrivée, 1 km plus tard Nibali attaquait à son tour il reprenait alors le Français et le duo faisait l'ascension ensemble. Mais dans la descente le Français perdait une première fois le contact avant de revenir, il décrochait ensuite n'arrivant pas à suivre  l'Italien qui creusait l'écart à 8,5 km de l'arrivée, Pinot ne reverrait plus le Sicilien. Seul en tête Nibali arrivait au pied  de la dernière petite difficulté avec 45 secondes d'avance et creusait alors l'écart sur ses poursuivants. Dans la montée Alaphilippe revenait sur Pinot puis le distançait. Il finissait 2e derrière Nibali qui signait ainsi la 50e victoire de sa carrière après une saison marquée par une 3e place au Giro, son objectif de 2017 et une 2e place à la Vuelta. Gianni Moscon obtenait la 3e place en remportant le sprint houleux du groupe de poursuivants face à Alexis Vuillermoz (Ag2r) ce dernier terminait 4e devant Thibaut Pinot. A Côme ,Nibali remporte donc son deuxième Tour de Lombardie devant Alaphilippe qui échoue encore une fois à la deuxième place sur une classique mais signe son deuxième podium cette année dans les grandes classiques après sa 3e place sur Milan San Remo et prend rendez-vous pour 2018.


24 septembre 2017

cyclisme

Sagan, pour un triplé !

Ultra favori de la course en ligne des Mondiaux de cyclisme à Bergen ce dimanche, le Slovaque Peter Sagan, double champion du monde, a tenu son rang. Il s'est imposé au sprint devant le Norvégien Alexander Kristoff qui a échoué de peu à succéder à Thor Hushovd seul champion du monde norvégien. Devant son public le sprinteur norvégien n'a pu battre le double tenant du titre, pourtant celui-ci a attendu les derniers kilomètres pour se montrer. La première partie de la course avait été animée par 9 hommes échappés après seulement 10 km de course, mais ces derniers étaient repris à 84 km de l'arrivée suite à des accélérations successives dont celle des Néerlandais. Dix kilomètres plus loin dans la côte de Loberg, le Belge Tiesj Benoot lançait les hostilités, puis le Français Warren Barguil attaquait mais n'arrivait pas à se détacher, finalement le Belge Tim Wellens accélérait pour revenir sur l'Autrichien Marco Haller qui s'était détaché avant d'entamer la côte de Salmon Hill. Les deux hommes étaient rejoints par par 5 autres coureurs dont le Colombien Jarlinson Pantano ou encore l'Italien Alessandro De Marchi. Aucun Français ne figurant dans ce groupe, l'équipe de France roulait derrière les échappés aidée par les Polonais. A 3 tours de l'arrivée les 7 hommes de tête comptaient 45 secondes d'avance sur le peloton, si l'écart tombait à 25 secondes suite au rythme imprimé par les Français, il remontait sous l'impulsion de Wellens à l'avant. A deux tours de l'arrivée les échappés comptaient 35 secondes d'avance, alors qu'à l'avant Wellens accélérait au pied de la côte de Salmon Hill, à l'arrière le Néerlandais Tom Dumoulin ainsi que l'Italien Diego Ulissi et Barguil tentaient de sortir  mais la Belgique ramenait le peloton. A 27 km désormais réduite à 4 l'échappée voyait revenir le peloton, le regroupement se faisait à 25 km de l'arrivée. Les attaques se succédaient alors à l'entame du dernier tour. En haut de la côte de Fageras Tony Gallopin attaquait mais il voyait revenir Ulissi puis le peloton. Dans la côte de Salmon Hill, Julian Alaphilippe passait à l'offensive, personne n'arrivait à suivre son accélération à 300 m du sommet, il restait alors 11 km à tenir. Passé le sommet il voyait revenir l'Italien Gianni Moscon, le duo possédait alors 15 secondes d'avance sur le Danois Michael Valgren parti en contre. Mais à 7 km Moscon stoppait son effort, Alaphilippe accélérait ensuite pour distancer l'Italien à 5 km alors que derrière le peloton les avait en point de mire. Désormais seul le Français donnait tout mais à 2 km malgré une mauvaise entente au sein du groupe des favoris le Français était repris. Dans le dernier kilomètre, Kristoff lançait  le sprint mais le Norvégien ne pouvait résister au retour de Sagan, qui s'imposait au terme  de 267 km de course. Il signe un triplé historique avec 3 titres consécutifs et il gagne ainsi devant le Norvégien Kristoff et l'Australien Michael Matthews, Alaphilippe qui est passé proche de la victoire finit 10e et premier Français.

04 septembre 2017

football

La France ménage le suspense

Après les Pays-Bas jeudi soir la France retrouvait le Luxembourg dimanche à Toulouse pour les éliminatoires de la coupe du monde 2018, alors qu'elle avait brillamment battu les Néerlandais 3 jours plus tôt, elle n'a pas réussi à inscrire le moindre but face à une modeste mais vaillante équipe du Luxemebourg. Dès les premières minutes le ton était donné, les Français multipliaient les attaques et à la 12e Antoine Griezmann obtenait la plus grosse occasion de ce début de match. Sur un centre en retrait de Kylian M'Bappé, titulaire à la place de Kingsley Coman, qui auparavant avait traversé la défense, l'attaquant de l'Atlético Madrid manquait sa reprise et voyait sa frappe passer au-dessus du but. Dans la foulée Griezmann butait sur la gardien Jonathan Joubert après que celui-ci est relâché la balle suite à une ouverture pour Olivier Giroud. Dominateurs en attaque, les Français échouaient à trouver la faille dans une défense adverse bien en place, et Hugo Lloris devait même s'employer  sur une longue ouverture vers David Turpel. Devançant les défenseurs français, l'attaquant luxembourgeois tirait à l'entrée de la surface mais gêné par le retour de Laurent Koscielny, sa frappe était déviée du bout des doigts par Lloris. En cette fin de première période Joubert multipliait les gestes pour sauver son équipe après avoir arrêté une frappe de Paul Pogba, il déviait le coup franc de Griezmann sur la transversale. A la mi-temps, les deux équipes se quittaient sur un score nul, 0-0. Au retour des vestiaires la France allait à nouveau manquait de précisions dans le dernier geste, décalé par Giroud, Thomas Lemar voyait sa frappe passée au-dessus du but. A l'heure de jeu sur un centre de Djibril Sidibé, Griezmann et Pogba se gênaient pour conclure. Le gardien luxembourgeois continuait ses parades et les Bleus rencontraient toujours un pied ou une tête pour contrer leur frappe. Entrés à l'heure de jeu à la place de M'Bappé et Giroud, Coman et Alexandre Lacazette  ne parvenaient pas à faire mieux que leurs équipiers. Après une tête de Pogba sur la transversale, la France se faisait même peur avec un contre de Gerson Rodriguez qui prenait de vitesse les défenseurs français mais qui voyait sa frappe finir sur le poteau d'un Lloris battu. Une dernière frappe de Sidibé captée par le gardien illustrait l'impuissance française face à une équipe luxembourgeoise qui a su résister aux assauts de l'attaque tricolore. La France ne prend donc qu'un point et ne se falicite pas la tâche pour la qualification car dans le même temps la Suède a battu la Biélorussie et revient à une longueur des Bleus avec une meilleure différence de but, les Pays-Bas vainqueurs de la Bulgarie sont troisième ; prochain match pour la France face à la Bulgarie à l'extérieur.

01 septembre 2017

football

Les Bleus ont rectifié le tir

Battue en juin par la Suède, l'équipe de France n'avait plus le droit à l'erreur jeudi soir face au Pays-Bas au Stade de France. Et les Bleus ont assurés, face à des Néerlandais peu convaincants emmenés par Arjen Robben, la France s'est imposée 4-0. Après plusieurs actions dangereuses dans la surface néerlandaise, Antoine Griezmann ouvrait le score peu avant le quart d'heure de jeu, servi par Kingsley Coman il transperçait la défense grâce à un une-deux avec Olivier Giroud avant de conclure cette action par un tir entre les jambes du gardien Jasper Cillessen. Menés les Pays-Bas réagissaient en obtenant un coup franc après une faute de Griezmann sur Quincy Promes, sans danger. La France continuait son pressing et Paul Pogba manquait l'occasion de marquer le deuxième but des Bleus, après un débordement de Coman Pogba manquait  le ballon à l'entrée de la surface. Les Bleus dominateurs multipliaient les occasion sans réussir à concrétiser. Les deux équipes rentraient aux vestiaires sur le score de 1-0. Après la pause, la France continuait à se créer des occasions alors que la Hollande multipliait les fautes au milieu de terrain malmenée par l'attaque tricolore. A l'heure de jeu sur un centre de Coman, N'Golo Kanté manquait son contrôle dans la surface, juste après le Néerlandais Kévin Strootman était expulsé suite à deux avertissements, déjà mal en point les Pays-Bas étaient réduits à dix. Quelques minutes plus tard sur une frappe de Djibril  Sidibé repoussée par la défense néerlandaise, Thomas Lemar d'une reprise de volée marquait son premier but en bleu et permettait à la France de mener 2-0. Il signait même un doublé à la 87e après un beau mouvement collectif, prenant de court la défense néerlandaise Griezmann servait Lemar qui inscrivait un nouveau but, 3-0 pour la France. Les Pays-Bas tentaient de réagir avec une frappe de Robben déviée par Hugo Lloris sur la barre mais ne parvenait pas à marquer. Entré un peu plus tôt à la place de Giroud, Kylian Mbappé clôturait ce festival de buts dans les arrêts de jeu. Sur un centre de Sidibé, Mbappé inscrivait son premier but sous le maillot tricolore. La France l'emporte 4-0 et reprend la première place de son groupe dans ces éliminatoires puisque dans le même temps la Suède a été battue 3-2 par la Bulgarie. La France est donc première avec 16 points devant la Suède 13 points et la Bulgarie 12 points, elle compte aussi une meilleure différence de buts avant de rencontrer le Luxembourg dimanche soir à Toulouse.

14 août 2017

athlétisme

Mélina Robert-Michon à nouveau sur le podium

Un an après sa médaille d'argent aux Jeux Olympiques de Rio Mélina Robert-Michon a apporté une nouvelle médaille à la France dimanche dans le concours du lancer du disque. Elle finit 3e derrière la Croate Sandra Perkovic, double championne olympique et l'Australienne Dani Stevens qui a battu le record d'Océanie avec 69'64. Dès son premier jet la Française établissait sa meilleure marque de la saison avec 65,49 m, ce qui lui permettait d'accrocher la deuxième place derrière la Croate. Après les 3 premiers essais elle était toujours deuxième alors que Perkovic dominait le concours avec 70,31 m réalisé à son deuxième essai, mais l'Australienne réussissait 66,82 à son 4e jet avant d'augmenter la marque lors de ses deux lancers suivants, battant son record national.  Devant battre son record personnel pour récupérer la 2e place Robert-Michon après avoir stagné réalisait son meilleur jet de la saison lors de son dernier lancer et établissait une marque à 66,21. Insuffisant pour obtenir l'argent elle restait 3e et décrochait une nouvelle médaille mondiale après sa deuxième place en 2013. Elle rapporte aussi sa 5e médaille à la France dans ses Mondiaux, la seule féminine après les trois titres inédits de Pierre-Ambroise Bosse sur 800 m, Kévin Mayer au décathlon  et Yohann Diniz en 50 km marche et la médaille de bronze de Renaud Lavillenie qui a remporté 5 médailles dans 5 championnats différents. La France finit 4e au tableau des médailles derrière les Etats-Unis avec 30 médailles dont 10 titres, le Kenya 11 médailles dont 5 titres et l'Afrique du Sud 6 médailles dont 3 titres mais devance la Chine et la Grande Bretagne pays hôte qui remporte 2 titres. C'est la deuxième meilleure performance des Bleus aux Mondiaux après Paris 2003 où il y avait eu 3 titres mais 8 médailles et la 3e au nombre de médailles.

Allyson Felix devant Usain Bolt

Autre évènement attendu lors de cette soirée les relais 4x400m qui clôturent les championnats et où l'Américaine Allyson Felix a battu le record de médailles mondiales. Grâce à l'or du relais 4x400m américain, elle compte désormais 16 médailles mondiales dont 11 titres soit 2 médailles de plus qu'Usain Bolt et Merlene Ottey. Les Américaines se sont imposées devant les Britanniques et les Polonaises en 3 min 19s 02, les Françaises finissent 4e. Chez les hommes, la surprise est venue  du relais de Trinidad et Tobago qui a battu les Américians et les Britanniques en 2 min 58 s 12, les Français ont fini quant à eux 8e. L'autre temps fort de la soirée a été l'hommage rendu à Usain Bolt après sa sortie précipitée la veille suite à une blessure lors du relais 4x100m. Le Jamaïcain aux 11 titres mondiaux est revenu sur la piste pour recevoir un bout de la piste des JO de Londres 2012 où il avait obtenu 3 titres des mains de Sebastian Coe, président de l'IAAF, avant d'entamer un tour d'honneur et de recevoir une standing ovation de la part du public présent dans le stade. La foudre a donc pu faire ses adieux à la piste, et tirer définitivement le rideau sur une décennie de performances qui l'ont fait entrer dans la légende de son sport.

13 août 2017

athlétisme

Kévin Mayer et Yohann Diniz, premier sacre mondial

Le premier était espéré, samedi soir au terme de deux journées d'efforts le Français Kévin Mayer, vice champion olympique l'an passé à Rio remportait le décathlon des Mondiaux de Londres. Il avait commencé parfaitement ses 10 épreuves le vendredi en battant son record personnel sur 100 m en 10'70, il prenait ensuite dès la 3e épreuve la tête du décathlon après le poids et un lancer à 15'72. Il finissait sa première journée comme il l'avait commencé avec un record personnel sur 400 m en 48'26, il dominait alors le classement avec 4478 points devant les Allemands Kai Kazmirek et Rico Freimuth à 4421 et 4361 points. Le lendemain bien parti pour remporter le titre après un 110 m haies et un lancer du disque réussis, il a failli tout perdre lors du saut à la perche où il ne passait qu'une seule barre à 5'10 lors de son dernier essai. Après cette frayeur, il assurait au javelot. Il avait alors quelques points d'avance sur son record de France établi à Rio mais lors du 1500 m il  profitait de sa victoire quasi assurée et terminait finalement en 4'36. Il remportait son premier titre de champion du monde en décathlon avec 8768 points, il devance les Allemands Freimuth et Kazmirek qui terminent avec 8564 et 8488 points. Il offre ainsi le premier titre mondial à la France en décathlon.

Le deuxième était moins attendu dimanche après son chemin de croix lors des JO de Rio où il avait fini 8e, le marcheur Yohann Diniz est enfin parvenu à se hisser sur la plus haute marche d'un championnat du monde en 50 km marche après 3 titres continentaux et une deuxième place aux mondiaux d'Osaka en 2007. Parti au bout de quelques kilomètres il a fait la course seul en tête. Il arrivait à mi-parcours avec 2'50 d'avance sur ses adversaires, il continuait à creuser l'écart pour posséder 6 minutes d'avance à 8 km de l'arrivée. Au final il établit un nouveau record des championnats en 3h33min31s et décroche son premier titre et le premier pour le 50 km marche français. Il devance les Japonais Hirooko Arai, 3e des derniers JO et Kai Kobayashi qui finissent en 3h41min17s et 3h41min19s. Il devient le plus vieux champion du monde et offre un 13e titre mondial à la France.

Usain Bolt, une sortie gâchée par une blessure

Samedi soir, il devait illuminer la piste une dernière fois à l'occasion du relais 4x100m, pour la dernière course de sa carrière avec le relais jamaïcain, tenant du titre, Usain Bolt n'a pas pu franchir la ligne. Le stade était à guichet fermé pour cette dernière ligne droite qui devait sceller la fin de carrière d'un immense champion, malheureusement tout ne s'est pas passé comme prévu. Dernier relayeur, il récupérait le témoin pour s'élancer dans son dernier 100m, mais il ne le finira pas, quelques mètres plus loin la star jamaïcaine s'écroule blessée à la cuisse. Il voit ainsi s'envoler ses derniers espoirs d'un dernier sacre alors que l'équipe de Grande Bretagne domine les Etats-Unis pour s'offrir un titre à domicile et un record d'Europe en 37s 47. Mais tout le monde est focalisé sur Usain Bolt qui termine sa carrière sur une blessure, la foudre n'a pas pu terminer sa dernière course, aidé par ses coéquipiers il franchira la ligne quelques minutes plus tard en boitant. La sortie de l'homme au 14 médailles mondiales s'est donc faite sur blessure mais le public londonien gardera plutôt en mémoire ses 3 titres olympiques remportés il y a 5 ans sur la même piste, 8 au total dans 3 Jeux différents. Au final la Grande Bretagne s'impose devant les Etats-Unis qui ne font pas le doublé car les femmes avaient remporté le titre quelques minutes plus tôt devant les Britanniques et les Jamaïcaines, et le Japon, les Français finissent 5e moins convaincants qu'en série le matin.