Le monde sportif de Sophie

15 juillet 2019

cyclisme

Une bordure bouscule le classement général

Ce devait être une étape tranquille vers Albi, le vent est venu perturber la course et bousculer le classement général. Scénario traditionnel  en début d'étape une échappée prenait les devants dès les premiers kilomètres composée de 5 puis de 6 coureurs avec le retour du Suisse Michaël Schär (CCC). Il rejoignait ainsi les Français Tony Gallopin (AG2r) et Anthony Turgis (Total Direct-Energie), l'Erythréen Natnael Berhane (Cofidis), le Danois Mads Würtz (Katusha) et le Norvégien Odd-Christian Eiking (Wanty). Les six hommes comptaient jusqu'à 3 minutes d'avance et passaient en tête des différentes côtes du jour, mais dès les 100 derniers kilomètres l'écart diminuait pour descendre à 40 secondes à 60 km de l'arrivée. Le peloton était agité et emmené par les équipes Ineos et Bora-Hansgrohe. Dans la dernière côte l'écart remontait un peu à 1'50 avant de diminuer sous l'impulsion des équipes Deceuninck et Ineos qui formaient une bordure à 35 km de l'arrivée. Le peloton était alors coupé en 3 et plusieurs leaders dont le Français Thibaut Pinot (Groupama-FDJ), le Danois Jakob Fuglsang (Astana), l'Italien Giulio Ciccone (Trek) ou encore le Colombien Rigoberto Uran (Education First) étaient piégés. Alors que devant plusieurs équipes se relayaient pour creuser l'écart, derrière un deuxième peloton bientôt réduit à une douzaine de coureurs tentait de rentrer. Alors que l'échappée était reprise à 25 km de l'arrivée, l'écart oscillait entre 20 et 40 secondes, il descendait même à 13 secondes à 15 km de l'arrivée mais le groupe dans lequel figurait Pinot, Fuglsang ou encore Uran ne parvenait pas à faire la jonction et voyait bientôt l'écart dépasser la minute. Devant l'équipe Sunweb emmenait le peloton pour le sprint mais c'était le Néerlandais Wout Van Aert (Lotto Jumbo) qui dominait les autres sprinteurs dont l'Italien Elia Viviani (Deceuninck) d'un rien, l'Australien Caleb Ewan (Lotto Soudal) finit 3e. Le groupe de retardés finit à 1'40 du peloton. Pinot perd donc sa troisième place au général et Ciccone sa deuxième place, ils sont désormais 11e et 10e à 2'33 et 2'32 du maillot jaune le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck), le Britannique Geraint Thomas (Ineos) est 2e et son coéquipier le Colombien Egan Bernal 3e avant la journée de repos.


14 juillet 2019

cyclisme

Impey, 6 ans après

Six ans après avoir été le premier Sud-Africain à porter le maillot Jaune sur le Tour, Daryl Impey (Mitchelton-Scott) a remporté à Brioude sa première victoire d'étape. Parti dans une échappée de 14 coureurs qui était rejointe par un quinzième homme l'Espagnol Marc Soler (Movistar) dans la première difficulté le Mur-d'Aurec-sur-Loire, il était accompagné entre autres de l'Autrichien Lukas Pöstlberger (Bora-Hansgrohe), des Belges Oliver Naesen (Ag2r), Tiesj Benoot (Lotto Soudal), Jasper Stuyven (Trek), de l'Irlandais Nicolas Roche (Sunweb), de l'Australien Simon Clarke (Education First) ou encore des Espagnols Jesus Herrada (Cofidis) et Ivan Garcia Cortina (Bahrain Merida). Au sommet du Mur c'était Benoot qui passait en tête et l'écart était déjà de 7 minutes. Il continuait d'augmenter alors qu'intercalé le Portugais Rui Costa (UAE) se relevait. L'écart atteignait 10'30 et se stabilisait avant de décroître un peu au sprint intermédiaire à 78 km de l'arrivée. A 60 km de l'arrivée Clarke accélérait sans succès puis à 45 km de l'arrivée Benoot, Stuyven et Cortina prenaient les devants, mais ils étaient rapidement rejoints. L'échappée se disloquait et Pöstlberger plaçait un contre, il partait en solitaire à plus de 40 kilomètres de l'arrivée alors que derrière le peloton était à plus de 11 minutes. Il ne possédait pas plus de 40 secondes d'avance sur des poursuivant réduits à 7 et qui se rapprochaient à 20 secondes  à 20 km de la ligne. Ce n'était pas suffisant pour passer la côte de Saint-Just où il était repris à 15 km de l'arrivée. Benoot et Roche sortaient alors d'un groupe et étaient rejoints ensuite par Impey au sommet de la côte. Le trio comptait une quinzaine de secondes d'avance sur un quatuor mais à 8 kilomètres le trio se transformait en duo puisque Roche était distancé. Avec 15 secondes sur leurs poursuivants au dernier kilomètre ils se jouaient la victoire, plus fort au sprint Impey dominait Benoot qui remporte tout de même le prix du plus combatif. Le Slovène Jan Tratnik (Bahrain Merida) finit 3e. Derrière à plus de 16 minutes le peloton voyait le Français Romain Bardet (Ag2r) attaquait sur ses terres dans la côte de Saint-Just suivi par le Néerlandais Steven Kruijswijk (Lotto Jumbo) et l'Australien Richie Porte (Trek) mais ils étaient repris. Le maillot jaune ne change pas d'épaules avant une étape destinée aux sprinteurs demain.

13 juillet 2019

cyclisme

Le numéro de De Gendt, Alaphilippe et Pinot

L'étape était faite pour des hommes d'action, elle n'a pas déçu. Parti dès le premier kilomètre un trio bientôt rejoint par l'Italien Alessandro De Marchi (CCC) au kilomètre 22 animait la course. Composée du Belge Thomas de Gendt (Lotto Soudal), du Néerlandais Niki Terpstra (Total-Direct Energie) et de l'Américain Benjamin King (Dimension Data) et de l'Italien, l'échappée obtenait jusqu'à 4'45 d'avance après la première côte. Derrière elle les équipes Trek puis Bora-Hansgrohe et Sunweb contrôlaient l'écart dans une étape avec pas moins de 7 montées et dessinée pour les puncheurs. De Gendt passait en tête de toutes les difficultés et l'écart oscillait entre 3 et 4 minutes jusqu'à la côte de la Croix de Part où Terpstra puis King étaient distancés à moins d'un kilomètre du sommet, un duo se retrouvait alors seul en tête. Après une frayeur dans la descente pour De Marchi, le duo possédait encore 3'40 d'avance en haut de la côte d'Aveize alors que derrière l'équipe Astana relayée par l'équipe Education First avait pris la tête du peloton. L'écart diminuait alors pour tomber sous les deux minutes à 25 km de l'arrivée. Avant d'entamer la dernière difficultée répertoriée la côte de la Jaillère, le Britannique Geraint Thomas (Ineos) chutait à 15 km de l'arrivée et devait s'employer pour rentrer dans la côte. Dès le pied De Gendt distançait De Marchi alors qu'ils n'avaient plus qu'une minute d'avance et il passait au sommet avec 35 secondes d'avance sur un peloton d'où sortait le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck) dans le dernier kilomètre de la montée. Alaphilippe attaquait suivi par le Français Thibaut Pinot (Groupama-FDJ), ils reprenaient De Marchi avant de récupérer les bonifications au sommet 5 secondes pour le premier et 2 secondes pour Pinot puis ils s'élançaient dans la descente à la poursuite de De Gendt. Derrière le peloton avait un peu de mal à s'organiser pour revenir. Revenu à 1 seconde du maillot jaune grâce à la bonification Alaphilippe aidé de Pinot essayait de se rapprocher du Belge mais celui-ci résistait. Les Français parvenaient à creuser l'écart sur le peloton mais échouaient à rentrer sur De Gendt qui s'impose en solitaire à Saint-Etienne après presque 200 km d'échappée. Les Français finissent à 6 secondes Pinot devançant Alaphilippe sur la ligne ils prennent les bonifications de 6 et 4 secondes et récupèrent 20 secondes sur leurs adversaires. Alaphilippe retrouve donc le maillot jaune, il compte désormais 23 secondes d'avance sur l'Italien Giulio Ciccone (Trek) à qui il a repris le maillot et 53 secondes sur Pinot, avant une étape encore accidentée demain en direction de Brioude.

12 juillet 2019

cyclisme

Groenewegen d'une roue

Après avoir chuté lors du premier sprint à Bruxelles et manqué le coche à Nancy, le Néerlandais Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma) s'est imposé au sprint à Chalon-sur-Saône. Dans une étape assez calme malgré le vent, deux hommes prenaient les devants dès le premier kilomètre les Français Stéphane Rossetto (Cofidis) et Yoann Offredo (Wanty) qui avaient déjà été à l'avant depuis le début du Tour. Le duo comptait jusqu'à 5'45 d'avance, l'écart étant contrôlé par les équipes de sprinteurs dont celle du futur vainqueur. Les différentes côtes de la journée passées, l'écart passait sous les 3 minutes puis oscillait entre 1'30 et 2'30. A 50 km de l'arrivée il passait sous les deux minutes et diminuait jusqu'au sprint intermédiaire à 33 km de l'arrivée où l'Italien Sonny Colbrelli (Bahrain Merida) réglait le sprint du peloton. L'écart tombait sous la minute et avec le vent il y a avait des cassures dans le peloton mais celui-ci se reformait quelques kilomètres plus loin. Finalement l'échappée était reprise à 12,5 km de l'arrivée et Offredo recevait le prix de la combativité. Les trains des sprinteurs prenaient alors position, l'équipe Deceuninck emmenait le sprint pour l'Italien Elia Viviani mais revenu de l'arrière Groenewegen lançait son sprint et dépassait le Slovaque Peter Sagan (Bora Hansgrohe), de l'autre côté de la chaussée l'Australien Caleb Ewan (Lotto Soudal) faisait la même remontée, il lançait son vélo sur la ligne mais Groenewegen faisait de même et s'imposait, Sagan est 3e. Le maillot jaune reste sur le épaules de l'Italien Giulio Ciccone avant une étape avec des difficultés demain pour aller à Saint Etienne.

11 juillet 2019

Teuns en costaud, Ciccone en jaune pour quelques secondes

L'arrivée était attendue, la Planche des Belles Filles a tenu ses promesses avec un duel qui a vu la victoire d'un Belge et la prise du maillot jaune par un Italien. Ils étaient 14 partis dans les premiers kilomètres, parmi eux les Belges Dylan Teuns (Bahrain Merida), Tim Wellens (Lotto Soudal), Thomas De Gendt (Lotto Soudal), Xandro Meurisse (Wanty), l'Italien Giulio Ciccone (Trek) ou encore le Français Julien Bernard (Trek). Ils prenaient rapidement du temps et l'écart grimpait à presque 9 minutes. En haut du Grand Ballon, De Gendt accélérait suivi par Ciccone, ils faisaient la descente à fond mais l'échappée se regroupait au bas de la descente. Dans le Ballon d'Alsace l'Allemand André Greipel (Arkea Samsic) était distancé alors que dans le peloton l'équipe Movistar prenait la tête, l'écart diminuait alors et dans la descente le peloton se scindait en plusieurs parties. A 36 km de l'arrivée, près du sommet du col des croix De Gendt accélérait à nouveau avec 5'50 d'avance, il faisait ensuite la descente à fond. Il arrivait avec 5'15 d'avance au pied du col des Chevrères alors que l'échappée se disloquait dans la montée un quatuor revenait à l'avant à 1,3 km du sommet et distançait le Belge. Il était composé de Teuns, Ciccone, Wellens et Meurisse, il possédait 4'38 d'avance à 20 km de l'arrivée et parvenait avec 4'10 d'avance au pied de la montée finale. Alors qu'à l'avant l'échappée avait du mal à s'entendre dans le début de la montée, à l'arrière l'équipe Movistar continuait de réduire l'écart et le peloton. A 4,5 km du sommet ils n'étaient plus que deux à l'avant Teuns et Ciccone tandis qu'à l'arrière le Français Warren Barguil (Arkea Samsic) accélérait puis c'était au tour de l'Espagnol  Mikel Landa (Movistar). L'écart était de moins de trois minutes au dernier kilomètre et Teuns accélérait dans les pourcentages les plus durs pour distancer Ciccone et s'imposer avec 11 secondes d'avance au sommet mais ce dernier récupérait six secondes de bonifications en plus des huit secondes prises plus tôt dans l'étape. Derrière le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck) tentait de sauver son maillot et accélérait dans le dernier kilomètre alors que le Français Romain Bardet (Ag2r) était distancé, Alaphilippe bataillait mais était dépassé par le Britannique Geraint Thomas (Ineos) et le Français Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) sur la ligne, il perdait le maillot pour 6 secondes et reste deuxième du général. Au classement Ciccone prend la tête devant Alaphilippe et Teuns à 32 secondes, Thomas est 5e à 49 secondes. Demain les coureurs retrouveront une route plus plate pour se rendre à Chalon-sur-Saône.


10 juillet 2019

cyclisme

Sagan tout en maîtrise à Colmar

Le maillot vert n'a laissé aucune chance à ses adversaires lors de l'arrivée à Colmar et s'impose au sprint. Pourtant l'étape était propice à des échappés, plusieurs coureurs ont tenté de partir à l'avant mais seulement quatre parvenaient à s'extirper du peloton au bout de 21 kilomètres, l'Australien Simon Clarke (Education First), le Letton Toms Skujins (Trek), le Belge Tim Wellens (Lotto Soudal) et le Danois Mads Würtz (Katusha). Mais les quatre ne parvenaient pas à prendre le large, l'écart étant contrôlé par les équipes Bora-Hansgrohe du Maillot vert le Slovaque Peter Sagan et Sunweb, au maximum 2'35 leur étaient laissées. Wellens, maillot à pois passait en tête des premières côtes du jour mais dans la côte des Trois-Epis où Würtz était distancé, Skujins accélérait et décrochait ses compagnons d'échappée. Il passait au sommet avec 1'08 d'avance sur le peloton emmené par l'équipe Sunweb. Dans la descente le Letton creusait l'écart sur ses poursuivants mais perdait du temps sur le peloton, le duo Wellens-Clarke était repris à 29 km de l'arrivée. Skujins arrivait au pied de la côte des Cinq-châteaux avec seulement 24 secondes d'avance, il était repris à 22 km de l'arrivée. Les équipes des sprinteurs encore présents contrôlaient le peloton mais le Portugais Rui Costa (UAE) parvenait tout de même à sortir à 7,5 km de l'arrivée, avec quelques secondes d'avance il était repris à 2 km. Dans le dernier kilomètre le sprint était lancé par l'Italien Matteo Trentin (Mitchelton-Scott) mais Sagan parvenait à dépasser tout le monde et à s'imposer devant le Belge Wout Van Aert (Jumbo-Visma) et Trentin. Il s'agit de sa 12e victoire sur le Tour, il conforte dans le même temps son maillot vert. Au classement général Van Aert reprend 6 secondes à Alaphilippe et est désormais à 14s du Maillot Jaune avant de probables changements demain avec la première arrivée en altitude à la Planche des Belles Filles.

Posté par esprit sport à 20:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

cyclisme

Viviani domine le sprint à Nancy

Nancy réussit aux coureurs Italiens après la victoire de Matteo Trentin il y a 5 ans, Elia Viviani (Deceuninck) s'est imposé au sprint à Nancy. Des échappés ont pourtant bien essayé de déjouer les pronostics, dès le départ le Français Yoann Offredo et son coéquipier belge Frederik Backaert (Wanty) prenaient les devants accompagnés du Suisse Michael Schär (CCC). Le trio comptait jusqu'à 3'40 d'avance, les équipes de sprinteurs dont celle du Maillot Jaune le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck) contrôlaient l'écart. A 70 km de l'arrivée celui-ci était déjà retombé à 2 minutes. Après le sprint intermédiaire où Viviani donnait un avant-goût du sprint final, l'écart continuait de fondre. A 30 km où le trio ne comptait plus que 30 secondes d'avance Schär accélérait et distançait Offredo. Arrivé au pied de la côte de Maron le duo ne possédait plus que 15 secondes d'avance sur un peloton emmené par l'équipe Sunweb, Backaert était d'abord repris, distancé par Schär puis le Suisse était rejoint et nommé plus combatif.  L'échappée reprise, le Français Lilian Calmejane tentait de partir seul à 12 km de l'arrivée mais était repris à 6 km de l'arrivée par le peloton où les équipes de sprinteurs étaient déjà  en place. Sous la flamme rouge le maillot jaune emmenait son coéquipier Viviani pour le sprint, le Norvégien Alexander Kristoff (UAE) lançait celui-ci à 100m de la ligne mais ne pouvait résister à l'Italien qui gagne ainsi sa première victoire sur le Tour de France devant le Norvégien et l'Australien Caleb Ewan (Lotto Soudal). Le Slovaque Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) conserve le maillot vert et finit 4e. Au général Alaphilippe est toujours en tête avant d'attaquer les étapes vosgiennes demain.

09 juillet 2019

cyclisme

Alaphilippe fait coup double

L'étape était faite pour lui, le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck) n'a pas manqué de briller à Epernay après un final à suspense. Partie au kilomètre 5, une échappée de 5 coureurs animait d'abord une grande partie de la course, elle était composée de 4 Français Stéphane Rossetto (Cofidis), Paul Ourselin (Total Direct-Energie), Yoann Offredo (Wanty) et Anthony Delaplace (Arkea-Samsic) ainsi que du Belge Tim Wellens (Lotto Soudal). Elle comptait jusqu'à 5'45 d'avance sur un peloton où le Slovaque Peter Sagan récupérait le maillot vert au sprint intermédiaire. L'écart était contrôlé par plusieurs équipes et se stabilisait autour de 2'30. Dans la côte de Nanteuil-la-Forêt, Wellens distançait ses compagnons d'échappée et s'en allait seul à 43 km de l'arrivée. Alors que le peloton accélérait et que le quatuor de poursuivants était repris à 29 km de l'arrivée, le Belge comptait encore 1'46 d'avance. L'équipe Deceuninck menait alors le peloton, au pied de la côte de Mutigny, Wellens comptait moins d'une minute d'avance et alors que le peloton perdait des coureurs Alaphilippe attaquait peu avant le sommet à 15 km de l'arrivée. Wellens passait en tête mais ne pouvait suivre le Français qui s'élançait dans la descente. Celui-ci avait récupéré 5 secondes de bonifications au sommet. Ayant perdu le maillot jaune le Néerlandais Mike Teunissen (Jumbo-Visma) dans la montée, le peloton avait du mal à s'organiser. Devant le Français creusait l'écart, un quatuor de poursuivants ne parvenait pas à rentrer et était repris à 9,5 km de l'arrivée. Emmené par l'équipe Ineos le peloton tentait de combler l'écart mais le Français conservait une quarantaine de secondes d'avance. Il résistait jusqu'au bout et avait même le temps de savourer sa victoire, sa troisième sur un Tour de France, le peloton arrivait avec 26 secondes de retard et le sprint était réglé par l'Australien Michael Matthews (Sunweb) devant le Belge Jasper Stuyven (Trek). Ce retard était suffisant pour permettre à Alaphilippe de récupérer le maillot jaune de leader, Teunissen passait la ligne 4'54 après le vainqueur. Cela faisait 5 ans qu'un Français n'avait pas porté le maillot. Alaphilippe compte 20 secondes d'avance sur le Belge Wout Van Aert (Jumbo Visma) et 25 sur le Néerlandais Steven Kruijswijk (Jumbo Visma), et devrait le conserver au moins jusqu'à jeudi et l'arrivée à La Planche des Belles Filles.

Posté par esprit sport à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 juillet 2019

cyclisme

Teunissen poursuit son rêve en jaune

Après sa victoire surprise hier, le Néerlandais a à nouveau brillé ce dimanche mais de manière collective avec son équipe Jumbo-Visma sur le contre-la-montre par équipes. Partie en première position l'équipe Ineos du Gallois Geraint Thomas et du Colombien Egan Bernal prenait logiquement la tête en bouclant le parcours de 27,6 km à travers Bruxelles en 29'17. Derrière elle les équipes Astana du Danois  Jakob Fuglsang, Groupama-FDJ du Français Thibaut Pinot ou Ag2r du Français Romain Bardet terminaient à 21s, 12s et 59s. Bien organisée l'équipe CCC du maillot à pois le Belge Van Avermaet échouait à 10s. Mais il fallait attendre le passage de l'équipe Katusha pour voir l'équipe Ineos dépassée aux points intermédiaires, Katusha prenait la tête pour 3 secondes au bout de 13 kilomètres puis 2 secondes au 20e kilomètre mais l'équipe du Russe Ilnur Zakarin perdait du temps dans les derniers kilomètres et échouait à 6 secondes. Elle était passée ensuite par l'équipe Sunweb. Restaient alors les équipes Deceuninck et Jumbo Visma, la première passée avec du retard au premier intermédiaire mais faisait jeu égal sur la deuxième partie du parcours, elle ne s'inclinait au final que pour 82 centièmes. Dernière à partir et dernière à pouvoir battre l'équipe Ineos, Jumbo-Visma passait en tête au premier intermédiaire avec 10 secondes d'avance puis au second. Bien organisée l'équipe du maillot jaune qui avait perdu son sprinteur le Néerlandais Dylan Groenewegen assez rapidement dans l'étape, finissait très fort et s'imposait avec 20 secondes d'avance sur Ineos et 21 sur Deceuninck en 28'57. Les Néerlandais Mike Teunissen, Steven Kruijswijk, Groenewegen, les Belges Laurens De Plus, Wout Van Aert, l'Allemand Tony Martin, le Norvégien Amund Jansen et le Néo-Zélandais George Bennett gagnent donc le contre-la-montre par équipes. Teunissen conserve ainsi son maillot jaune et le renforce en comptant désormais 10 secondes d'avance sur ses coéquipiers et 30s sur les coureurs de l'équipe Ineos. Le premier Français est Julian Alaphilippe (Deceuninck) 11e à 31 secondes. Demain le Tour quitte la Belgique pour rejoindre la France avec une arrivée pour puncheurs.

Posté par esprit sport à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 juillet 2019

cyclisme

Un premier maillot jaune surprise

De Bruxelles à Bruxelles, pour célébrer les 100 ans du maillot jaune et  les 50 ans de la première victoire sur le Tour de France du Belge Eddy Merckx, le Tour partait de la capitale belge pour sa 106e édition. Passant par plusieurs montées du Tour des Flandres, 4 hommes prenaient tôt la tête de la course, les Belges Greg Van Avermaet (CCC) et Xandro Meurisse, l'Erythréen Natnael Berhane (Cofidis), et le Danois Mads Würtz (Katusha). Le premier passait en tête du mur de Grammont et obtenait le premier maillot à pois avant de se relever. A 100 km de l'arrivée le trio possédait 2'20 d'avance sur le peloton mais l'écart diminuait. Après un passage sur un secteur pavé, le peloton se cassait en trois parties, l'échappée était reprise peu après, à 70 km de l'arrivée avant que le peloton ne se reforme. A 58 km de l'arrivée le Français Stéphane Rossetto (Cofidis) sortait du peloton et se lançait dans un exercice en solitaire, il obtenait jusqu'à une 1'45 d'avance sur un peloton emmené par les équipes Deceuninck, Lotto-Soudal et Jumbo Visma. Il maintenait l'écart, à 18 km le Danois Jakob Fuglsang (Astana) était victime d'une chute alors que l'écart avec l'échappé passait sous la minute. Il était repris à 9 km de l'arrivée et était désigné le plus combatif. Les équipes de sprinteurs se mettaient alors en place mais juste avant le dernier kilomètre une chute venait perturber le sprint, le Néerlandais Dylan Groenewegen (Jumbo Visma) se retrouvait à terre. Devant, les sprinteurs en peloton réduit se jouait la victoire d'étape, le Slovaque Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) le lançait à 200 m de l'arrivée mais voyait revenir le Néerlandais Mike Teunissen (Jumbo Visma) qui emmène d'ordinaire Groenewegen. Teunissen s'impose devant Sagan et l'Australien Caleb Ewan, il endosse du même coup le premier maillot jaune. C'est le premier Néerlandais en jaune depuis 30 ans, il tentera de le garder demain avec le contre-la-montre par équipes.

Posté par esprit sport à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,