Le monde sportif de Sophie

19 septembre 2021

cyclisme

Ganna, double champion du monde

Ce dimanche malgré une belle performance des Belges sur leur terre, l'Italien Filippo Ganna a conservé son titre de champion du monde du contre-la-montre. Sur un parcours de 43,3 kilomètres entre Knokke-Heist et Bruges, c'était d'abord l'Italien Matteo Sobrero qui réalisait le meilleur temps en 50'53''33, mais rapidement le Britannique Daniel Bigham puis l'Allemand Max Walscheid passaient devant en descendant sous les 50 minutes avant que le Suisse Stefan Bissegger ne réalise le meilleur temps en 49'13''27. Cependant il ne restait pas longtemps en tête, passé devant aux deux intermédiaires en 15'47''82 après 13 kilomètres de course puis 37'17''26 après 33 kilomètres, le Belge Remco Evenpoel terminait en 48'31''17 reléguant le Suisse à 42 secondes. S'élançaient alors les autres favoris, le Danois Kasper Asgreen le devançait de 7 secondes au premier intermédiaire avant d'être battu par le Suisse Stefan Küng, champion d'Europe en titre, qui passait en 15'36''98 ; mais il était relégué à 17 secondes après le passage du Belge Wout Van Aert. Celui-ci  réalisait le meilleur temps en 15'19''38 alors que Ganna juste derrière lui était en 15'26''06. A l'intermédiaire suivant, Asgreen puis Küng passaient derrière Evenpoel, et finiraient 4e et 5e à l'arrivée. La bataille pour le titre allait se jouer entre Van Aert et Ganna, le premier ne conservait que 84 centièmes d'avance sur l'Italien au second intermédiaire avec un temps de 36'45''53. La lutte était serrée, et si Van Aert était logiquement devant Evenpoel à l'arrivée avec 47'53''20, Ganna, meilleur sur la dernière partie s'imposait en 47'47''83. Il remporte ainsi son deuxième titre de champion du monde du contre-la-montre après celui obtenu l'an passé chez lui. Van Aert finit une nouvelle fois deuxième devant son public et Evenpoel complète le podium. Les Belges n'ont pas réalisé l'exploit à domicile mais ils pourront encore briller dimanche prochain à Louvain lors de la course en ligne.

Posté par esprit sport à 17:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


08 août 2021

Jeux Olympiques

Le feu d'artifice des sports collectifs

Ils étaient attendus et les sports collectifs français ont répondu présent en ce dernier week-end des Jeux. Après l'argent des basketteurs et le bronze des basketteuses, c'était au tour des handballeurs et des volleyeurs d'entrer en piste samedi après-midi. Habitués des finales olympiques dont c'était la quatrième d'affilée, les handballeurs français voulaient récupérer leur couronne face aux Danois qui les avaient battus à Rio. Le début de match était serré mais après 13 minutes de jeu, les Français parvenaient à avoir deux buts d'avance, écart qu'ils augmentaient en fin de première mi-temps pour mener 14-10. Ils repartaient sur le même rythme en début de seconde période pour compter jusqu'à 6 buts d'avance 16-10 puis 18-12 grâce aux arrêts de Vincent Gérard mais peu à peu les Danois remontaient aidés par les arrêts de leur gardien. A 12 minutes de la fin, ils revenaient à un but mais le gardien tricolore réalisait plusieurs arrêts qui donnaient un peu d'air aux Bleus avant que les Danois ne recollent 23-22 à 5 minutes du terme. La fin de match était serrée, dans la dernière minute à 24-23, les Danois récupéraient un ballon et filaient vers le but tricolore mais Ludovic Fabregas interceptait celui-ci et inscrivait le but libérateur 25-23, score final. C'est le troisième titre olympique de la France en handball masculin et dans cette équipe 3 joueurs, Luc Abalo, Michaël Guigou et Nikola Karabatic ont connu les différents sacres et deviennent les sportifs de sport collectif les plus titrés. A l'inverse leurs homologues du volley-ball découvraient une finale olympique. Alors qu'ils avaient très mal débuté leur tournoi olympique et avaient eu du mal à se qualifier pour les quarts, ils s'étaient défaits de la Pologne, championne du monde en titre, puis de l'Argentine en demi-finale pour retrouver la Russie, tombeuse du Brésil, en finale. Si la France avait déjà battu la Russie en phase de poule, la marche était haute pour conquérir le titre olympique et à l'image de leur phase de poule, les Bleus allaient passer par tous les états. Pourtant les Français arrachaient le premier set 25-23 après avoir été menés 22-18 et avant de dominer le second 25-17. Mais alors qu'ils menaient dans le troisième set 12-9, les Français voyaient revenir les Russes qui passaient devant et revenaient 2 sets à 1. Dans la quatrième manche, la partie était serrée mais à 17-17, les Russes parvenaient à prendre l'avantage et à le creuser pour l'emporter 25-21. Les deux équipes allaient donc jouer un tie-break. Menés 3-0 puis 6-3, les hommes de Laurent Tille recollaient au score grâce aux erreurs russes et un gros bloc défensif, ils parvenaient à passer devant. A 11-11, deux points de Jean Patry puis un point d'Antoine Brizard permettaient aux Bleus d'obtenir 2 balles de match. Il n'y en avait besoin que d'une  pour que les Français l'emportent 15-12. Après un dernier challenge demandé par les Russes sur la balle de match, les Français pouvaient exhulter, ils gagnent le premier titre olympique du volley-ball français et offrent à leur sélectionneur à la tête de l'équipe depuis 9 ans le plus beau des cadeaux de départ. Enfin ce dimanche c'était le handball féminin qui allait décrocher son premier titre olympique, comme leurs homologues masculins les handballeuses françaises retrouvaient l'équipe qui les avait battues à Rio, la Russie mais cette fois-ci les Françaises ne découvraient pas une finale olympique. Si les Russes prenaient les devants dans les premières minutes, le score était serré pendant les 20 premières minutes, chaque équipe menant tour à tour. Néanmoins à 8 minutes de la pause un but de Grace Zaadi permettait aux Bleues de mener de 3 buts 9-12. L'équipe de France gardait de l'avance et rentrait aux vestiaires avec deux buts d'écart 13-15. Au retour des vestiaires la France voyait la Russie égalisait 16-16 après être restée 7 minutes sans marquer. Cependant elle reprenait l'avantage en profitant notamment des arrêts de sa gardienne Cléopâtre Darleux et creusait l'écart 16-22 à 15 minutes de la fin. Si les Russes revenaient 20-24 à 10 minutes de la fin, c'était insuffisant pour faire douter les tricolores. Ces dernières s'imposaient 25-30 et remportent ainsi leur premier titre olympique, le seul qui manquait à leur gardienne Amandine Leynaud et à leur entraîneur Olivier Krumbholz. La France finit donc sur une note dorée avec 3 médailles d'or dont 2 titres historiques pour les volleyeurs et les handballeuses. Au tableau des médailles, elle termine 8e avec 10 titres et 33 médailles, mais loin des 40 médailles attendues.

Posté par esprit sport à 20:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 août 2021

Jeux Olympiques

Le basket tricolore se pare d'argent et de bronze

Avec 4 équipes en finale sur les 5 engagées en demi, le sport collectif tricolore avait de quoi briller ce week-end, les premiers à débuter étaient les basketteurs qui retrouvaient les Américains en finale. S'ils les avaient fait tomber lors du match d'ouverture, les Français avaient plus de mal dans cette finale olympique. Pourtant les Français menaient une bonne partie du premier quart-temps mais après plusieurs tirs manqués, les Américains égalisaient 15-15 avant de prendre l'avantage, les Bleus revenaient à moins d'une minute de la fin avant d'être à nouveau dépassés, 18-22 après le premier quart-temps. Dans le second quart-temps, les Américains creusaient l'écart jusqu'à 13 points de retard pour les Français qui parvenaient à revenir un peu grâce aux lancers-francs et à finir cette première période à 5 points, 39-44. Dans le début du troisième quart-temps après avoir presque recollé 42-44, les Bleus perdaient du terrain et finissaient avec 8 points de retard, 63-71. Dans le dernier quart-temps si les Bleus parvenaient à empêcher les Américains de marquer durant les 4 premières minutes pour revenir 70-73, ils se retrouvaient ensuite une nouvelle fois distancés. Cependant à 10 secondes de la fin les Bleus n'étaient plus menés que de 3 points 82-85 mais les Américains obtenaient deux lancers-francs réussis par Kévin Durant et s'inclinaient 82-87. Ils finissent donc vice-champions olympiques. L'équipe féminine jouait quant à elle la petite finale après avoir perdu face au Japon en demi. Elle retrouvait la Serbie, championne d'Europe qui l'avait battue en finale de l'Euro quelques semaines plus tôt. Cependant les Françaises étaient revanchardes et menaient une bonne partie du premier quart-temps avant de se faire passer devant dans les trois dernières minutes, elles accusaient une retard de 4 points à l'entame du deuxième quart-temps où elles égalisaient par deux fois avant de reprendre l'avantage. Elles feraient alors la course en tête au tableau d'affichage en creusant l'écart dans le troisième quart-temps 56-67 et en le conservant dans le dernier pour finir avec 15 points d'avance 76-91 et une belle médaille de bronze. Le cyclisme sur piste apportait également une médaille de bronze à la délégation tricolore sur la course du madison. Dans cette épreuve qui est un enchaînement de sprints, le duo Benjamin Thomas et Donovan Grondin remportait la médaille de bronze avec 40 points récoltés au terme des 20 sprints derrière les Britanniques seconds avec le même nombre de points mais qui avaient remporté le sprint final et les Danois, champions olympiques avec 43 points. La France comptait alors 30 médailles dont seulement 7 titres alors que l'objectif affiché était de 10 titres.

05 août 2021

Jeux Olympiques

Une chance unique

Ce jeudi, Steven Da Costa, entrait en lice pour la seule apparition du karaté aux Jeux Olympiques. Déjà champion du monde et champion d'Europe dans la catégorie des moins de 67 kg, le Français n'avait pas le droit à l'erreur pour cette présence unique. Après un tour préliminaire où il ne perdait qu'un combat face au Jordanien Abdel Rahman Almasatfa, il rencontrait en demi-finale le Kazakh Darkhan Assadilov et remportait son combat 5-2. Il filait ensuite en finale pour affronter le Turc Eray Samdan. Après un waza-ari au bout de 45 secondes de combat, il réalisait un ippon au terme de celui-ci et s'offrait le premier et unique titre olympique de l'histoire du karaté. Lui, aussi est champion du monde et d'Europe et comptait sur ces Jeux pour s'offrir son premier titre olympique mais Kévin Mayer a dû faire face à une blessure au dos qui a brisé son rêve de titre dès le premier jour du décathlon. Après les trois premières épreuves, le Français pointait à la quatrième place à plus de 300 points de la première occupée par le Canadien Damian Warner. Cependant le Français réussissait ensuite son concours de la hauteur en franchissant 2m 08 avant d'à nouveau se retrouvait en difficultés sur 400m. Il terminait la première journée 5e avec 4340 points, le podium était encore accessible à moins de 200 points mais le titre s'éloignait car Mayer comptait 400 points de retard. Aujourd'hui, le Français profitait des contre-performances de certains de ses concurrents au podium au lancer du disque et au saut à la perche. Il montait sur la seconde marche au terme de l'avant-dernière épreuve, le lancer du javelot où il réalisait 73.09. Il conservait cette seconde place après le 1500 m et décrochait sa deuxième médaille d'argent aux Jeux derrière Warner qui l'emporte avec 9018 points et bat le record olympique. Mayer finit avec 8726 points devant l'Australien Ashley Moloney. Le Français aura peut-être une dernière occasion d'aller chercher le titre à Paris en 2024. Il ramène aussi la seule médaille française pour l'athlétisme alors que le stade olympique a vu de nombreuses performances du sacre attendu du Suédois Armand Duplantis au saut à la perche au titre partagé entre l'Italien Gianmarco Tamberi et le Quatari Mutaz Essa Barshim à la hauteur en passant par les records du monde au triple saut de la Venézuelienne Yulimar Rojas (15,67 m) et au 400 mètres haies du Norvégien Karsten Warholm (45''94), le sacre inattendu de l'Italien Lamont Marcell Jacobs sur 100 m ou encore la dizième et la onzième médaille de l'Américaine Allyson Felix devenant l'athlète féminine la plus titrée des Jeux Olympiques.

 

04 août 2021

Jeux Olympiques

Habituée à la 3e place

Depuis deux jours la France enchaîne les médailles de bronze, aujourd'hui c'était la voile qui amenait l'unique médaille du jour avec le métal à la mode chez les tricolores, le bronze. En dériveur double-470 Camille Lecointre et Aloise Retornaz allaient chercher la 6e place de la medal race et conservaient la 3e place au classement général derrière la Grande-Bretagne et la Pologne. Avant cela, elles avaient enchaîné les bonnes places dans les 10 courses précédentes et finissaient à 3 points de la seconde place après la dernière course.


03 août 2021

Jeux Olympiques

La piste débloque le compteur du cyclisme

Toujours médaillée en vitesse par équipes messieurs, la France a débloqué ce mardi le compteur des médailles du cyclisme après les déceptions du VTT et du BMX la semaine dernière. Sur la piste, les Français réalisaient le quatrième temps des qualifications en 42.722 derrière les Pays-Bas, la Grande-Bretagne et l'Australie. Florian Grengbo, Ryan Helal et Sébastien Vigier retrouvaient ensuite les Néo-Zélandais en série  qu'ils battaient avec un temps de 42.294, mais ce n'était pas suffisant pour rejoindre la finale. Ils disputaient alors comme à Rio la petite finale face à l'Australie et comme en 2016 les Français s'imposaient même si Grengbo était un peu en retard après le premier relais, Helal et Vigier repassaient devant pour aller chercher le bronze avec  1.682  d'avance en 42.331. En finale la Grande- Bretagne triple championne olympique en titre se faisait détrôner malgré un meilleur départ par les Pays-Bas, qui sont donc sacrés pour la première fois en 41.369, record olympique. Les pistards ramènent la seule médaille tricolore du jour, ce qui porte le total à 24.

02 août 2021

Jeux Olympiques

Des Français d'or et de bronze

Pour le dernier jour des épreuves de tir, Jean Quiquampoix, deuxième à Rio a été décrocher l'or en finale du tir rapide à 25 mètres au pistolet. Le Français, second des phases qualificatives derrière l'Allemand Christian Reitz, champion olympique en titre, prenait la tête dans la série à élimination pour ne plus la quitter et finir avec 34 points en égalant le record olympique devant le Cubain Leuris Pupo, 29 points, et le Chinois Yuehong Li, 26. Il remporte ainsi son premier titre olympique. Quelques heures plus tard c'était en équitation que la France obtenait une nouvelle médaille, championne olympique en 2016 du concours complet par équipes, la France finit cette fois-ci troisième. Neuvième après le dressage, les Français Nicolas Touzaint, Christopher Six et Karim Laghouag montaient sur le podium provisoire après l'épreuve de cross-country avec aucune pénalité de Laghouag. Devant eux, la Grande-Bretagne faisait la course en tête avec 78.30 de pénalités mais l'Australie, seconde avec 96.20 était encore accessible. Dans l'épreuve de sauts d'obstacles, seul Laghouag faisait tomber une barre et Touzaint était pénalisé au temps, la France finissait avec 101.50 de pénalités, l'Australie aussi faisait tomber une barre mais conservait sa deuxième place avec 100.20 de pénalités. Devant, la Grande-Bretagne terminait avec 86.30 de pénalités malgré deux chutes de barres et devient championne olympique. Après le bronze par équipes, Touzaint finissait 6e en individuel avec aucune pénalité devant Six, c'était l'Allemande Julia Krajewski qui était sacrée. La France reste donc 7e au classement des médailles avec 6 titres et 23 médailles au total.

01 août 2021

Jeux Olympiques

Manaudou en sauveur, les fleurettistes sur le toit de l'olympe

Il avait fait une pause de deux ans et demi dans sa carrière après les Jeux de Rio, il apporte à la France sa seule médaille en natation dans ces Jeux. Il aura fallu attendre la dernière course avec un tricolore pour avoir une médaille, Florent Manaudou a été cherché sur 50 m sa troisième médaille sur la distance, la deuxième en argent derrière l'intouchable Américain Caeleb Dressel, titré à 5 reprises lors de ces Jeux sur le 100 m et le 100 m papillon, sur les relais 4x100 m et 4x100 m 4 nages et donc sur le 50 m en 21'07. Second, Manaudou devance le Brésilien Bruno Fratus en 21'55 et devient seulement le deuxième nageur a remporté une médaille en 50 mètres sur 3 olympiades différentes. La piscine olympique de Tokyo aura vu outre le quintuplé historique de Dressel, la domination des Australiennes avec notamment Emma McKeon, 4 titres dont le 100 m féminin et le 4x100 m et 7 médailles au total. On quittait ensuite la piscine pour retrouver la piste d'escrime et la finale de fleuret par équipes. L'équipe de France composée d'Erwann Le Pechoux, Julien Mertine, Maxime Pauty et Enzo Lefort affrontait la Russie d'Anton et Kirill Borodachev ainsi que Timun Safin comme à Rio en 2016 mais ils ne voulaient pas du même métal. Après avoir sorti le Japon au terme d'une demi-finale serrée 42-45, les Français débutaient bien et prenaient l'avantage après le 3e relais de Lefort, la France menait de 7 touches avant que la Russie ne revienne 18-15. Lefort redonnait ensuite 7 touches d'avance 28-21 et Mertine puis Lefort à nouveau creusaient l'écart. Avant le dernier relais de Le Pechoux, la France menait 40-24. Ce dernier finissait le travail 45-28 pour offrir un nouveau titre à la France, une cinquième médaille pour l'escrime tricolore qui clôture en beauté sa semaine olympique et une 21e médaille pour l'équipe de France.

cyclisme

Une classica pour Powless

Elle avait été annulée l'an passé en raison de la pandémie, la Classica San Sebastian faisait son retour ce samedi sous la pluie. Il y avait plusieurs tentatives pour former une échappée dans les 80 premiers kilomètres, et dans la montée de l'Urraki 13 hommes se détachaient à 143 kilomètres de l'arrivée. Parmi eux, les Espagnols Javier Romo (Astana), José Joachim Rojas (Movistar), Jokin Murguialday (Caja-Rural-Seguros), le Français Jérémy Cabot (Totalenergies) ou encore le Belge Xandres Vervloesem (Lotto-Soudal). L'échappée comptait jusqu'à 4 minutes d'avance mais à 100 kilomètres de l'arrivée celui-ci diminuait pour tomber sous les 2 minutes à moins de 75 kilomètres de l'arrivée sous l'impulsion de l'équipe Trek-Segafredo qui roulait en tête de peloton. Dans la montée de Jaizkibel à 67,6 km de l'arrivée et 5,5 du sommet, Romo attaquait, certains essayaient de le suivre Murguialday, Cabot et Vervloesem, mais l'Espagnol les distançait. Il passait au sommet avec 1'51 d'avance sur le peloton d'où plusieurs coureurs s'échappaient dans la descente à 50 kilomètres de l'arrivée. Le peloton se réduisait et trois coureurs de l'équipe Bora-Hansgrohe étaient victimes d'une chute. Au pied de l'Erlaitz, Romo ne comptait plus que 49 secondes d'avance sur le peloton réduit. Dans la montée l'Espagnol Mikel Landa (Movistar) attaquait suivi par le Britannique Simon Carr (EF Education-Nippo), ils revenaient sur Romo à 2,6 kilomètres du sommet puis Carr partait seul à 2 kilomètres. Il passait au sommet avec une trentaine de secondes d'avance, Landa était repris à 41 kilomètres de l'arrivée alors que derrière l'équipe Intermarché-Wanty-Gobert faisait la descente. A 35 kilomètres de l'arrivée, Carr comptait 50 secondes d'avance sur le peloton et derrière un quatuor se formait avec son coéquipier l'Américain Neilson Powless, le Danois Mikkel Honoré (Deceuninck-Quick-step), l'Italien Lorenzo Rota (Intermarché-Wanty-Gobert) et le Slovène Matej Mohoric (Bahrain-Mclaren). Ce quatuor se rapprochait à 14 secondes avant de revenir à 22 kilomètres de l'arrivée. Le groupe de 5 comptait alors 46 secondes d'avance sur le peloton. Derrière eux, l'équipe Trek-Segafredo roulait mais l'écart montait à 1'12 au pied de la dernière montée Murgil Tontorra, dans celle-ci Carr était distancé. Powless attaquait à 1,2 kilomètres du sommet et moins de 10 de l'arrivée alors que Rota était distancé. A 7,5 kilomètres de l'arrivée, Mohoric revenait sur la tête avec Honoré juste avant le sommet. Peu après Rota rentrait également. Dans la descente suite à une mauvaise trajectoire de Mohoric, Rota et Honoré chutaient à moins de 5 kilomètres de l'arrivée. Powless prenait un peu d'avance, mais Mohoric revenait à 2,3 kilomètres de l'arrivée puis Honoré à 1,5 kilomètres. La course allait se jouer au sprint malgré l'accélération de Mohoric à moins de 1 kilomètre de l'arrivée. A 250 mètres de l'arrivée, Mohoric lançait le sprint mais Powless remontait pour aller s'imposer devant Mohoric et Honoré. Il s'agit de sa principale victoire sur le circuit professionnel.

31 juillet 2021

Jeux Olympiques

A jamais les premiers

Après 13 médailles dont 3 titres, les Français ont réalisé une journée exceptionnelle pleine de premières. Cela démarrait cette nuit en triathlon avec le relais mixte, Léonie Periault, Cassandre Beaugrand, Dorian Coninx et Vincent Luis allaient chercher la première médaille olympique du triathlon français. Cinquième après les deux premiers relais de Periault et Coninx, l'équipe de France remontait à la troisième place après le relais de Beaugrand et passait même seconde pendant le dernier relais avant de finir troisième  derrière les Britanniques, champions olympiques en 1'23''41 et les Américains, seconds en 1'23''55. Les Français, terminent en 1'24''04. C'était ensuite en planche à voile RS:X que les Français brillaient avec deux médailles d'argent, la première venait de la championne olympique en titre Charline Picon, assurée d'une médaille avant la dernière course, elle finissait première de la medal race et donc deuxième au classement général derrière la Chinoise Lu Yunxiu et devant la Britannique Emma Wilson. Une heure plus tard, Thomas Goyard, deuxième avant la medal race était disqualifié pour faux départ et devait attendre la fin de celle-ci pour se voir confirmer la médaille, il profitait des performances mitigées de ses adversaires dont le Chinois Bi Kun, au final troisième. Le Néerlandais Badloe Kiron était sacré. Picon est la première véliplanchiste tricolore à obtenir une seconde médaille dans deux olympiades différentes. Après l'eau, c'était sur le gazon que se poursuivait la moisson des médailles d'argent. Au rugby à VII les Françaises, sixièmes des derniers jeux où ce sport avait fait son apparition se hissaient en finale après avoir battu la Grande-Bretagne en demi-finale et en ayant réalisé un sans-faute jusque-là. Elles retrouvaient la Nouvelle-Zélande, championne du monde et les Néo-Zélandaises prenaient rapidement les devants au tableau d'affichage 7-0 avant que la France n'inscrive un essai avec Caroline Drouin. Cependant la Nouvelle-Zélande creusait l'écart pour mener 19-5 à la pause. Juste après celle-ci, la France se rapprochait avec un essai de Anne-Cécile Ciofani, 19-12, mais la Nouvelle-Zélande dominait et inscrivait encore un essai 26-12, ce qui serait le score final. Néanmoins avec cette médaille d'argent les Françaises offrent au rugby à VII sa première médaille olympique. Direction ensuite les tatamis pour finir la magnifique semaine du judo tricolore sur une huitième médaille, un record pour la France avec la compéttition par équipes mixtes qui faisait ses débuts aux Jeux Olympiques. Après avoir difficilement battu Israël en quarts 4 victoires à 3 après un dernier combat décisif remporté par Margaux Pinot, les Français battaient plus facilement les Pays-Bas en demi-finale 4 victoires à rien. Ils retrouvaient alors le Japon, pour une finale de rêve face au champion du monde par équipes mixtes invaincu dans cette compétition depuis sa création. Cependant les Français n'avaient qu'un objectif l'or et la championne olympique  des moins de 63 kg Clarisse Agbegnenou montrait la voie en remportant le premier combat face à Chizuru Arai, championne olympique des moins de 70 kg. Puis c'était Axel Clerget qui apportait le deuxième point au tricolore en l'emportant au golden score. Cependant les Japonais maintenaient le suspens en remportant le troisième combat, Romane Dicko médaille de bronze hier se faisait battre par Akira Sona qu'elle avait battue en petite finale. Le Japon revenait à 2-1 mais entrait alors en piste Teddy Riner après la déception du bronze hier, le double champion olympique qui est devenu le judoka le plus médaillé en allant chercher 5 médailles dans 4 olympiades différentes voulait un troisième titre. Il affrontait le champion olympique dans la catégorie des moins de 100 kg Aaron Wolf et devait s'employer pour décrocher le troisième point au golden score. Il restait alors deux combats pour obtenir une quatrième victoire, déçue par sa médaille d'argent en début de semaine  en moins de 57 kg Sarah-Léonie Cysique offrait à la France un premier sacre par équipes au bout des 4 minutes du combat, le premier de toute l'histoire des Jeux. Un titre d'autant plus beau que tout le collectif y a participé montrant la force du judo tricolore. Les sports de combats auront été à l'honneur cette semaine car après la moisson du judo, c'était les escrimeuses du sabre par équipes qui affrontaient en finale la Russie. Après avoir sorti en demi-finale l'Italie 45-39, Manon Brunet, Charlotte Lembach, Cécilia Berder, auxquelles s'ajoutait Sara Balzer entrée en finale allaient chercher la médaille d'argent. Après avoir bien débutée la rencontre et même menée de 6 touches à la fin du 4e relais, la France se faisait dominer par la Russie d'Olga Nikitina, Sofia Pozdniakova et Sofya Velikaya 45-41. Elles remportent néanmoins la première médaille française en sabre par équipes féminin. Après cette journée des premières, la France compte désormais 19 médailles dont 8 ont été apportées par le judo qui fait une moisson historique.