Vingt-et-un ans après Jalabert un Français remporte la Primavera !

Il n'était pas forcément le plus attendu  et  pourtant Arnaud Démare s'est offert ce samedi un monument du cyclisme : Milan-San Remo. Il y avait pourtant des prétendants pour jouer la victoire de la 107e édition de la  plus longue  classique de l'année 295 km (suite à un éboulement). Victime d'une chute  au pied de la Cipressa le coureur de la FDJ bataille pour revenir alors que le Britannique Ian Stanard (Sky) et l'Italien Giovanni Visconti (Movistar) tentent leur chance dans le col. Revenu dans le peloton au pied du Poggio, à 20 km de l'arrivée, il suit les différentes attaques, la plus tranchante étant celle du Polonais Michal Kwiatkowski (Sky). Celui-ci bascule en tête au sommet pris en chasse par  l'Italien Vincenzo Nibali (Astana)  dans la descente  puis par le Suisse Fabian Cancellara (Trek Segafredo) et le Tchèque Zdenek Stybar (Etixx Quick Step). Mais il est  finalement  repris avant le dernier kilomètre, la victoire va se jouer au sprint. Alors que les spécialistes attendaient Van Avermaet (BMC), Sagan (Tinkoff) ou Kristoff (Katusha), la chute du Colombien Fernando Gaviria (Etixx Quick Step) perturbe le sprint, le Belge Jurgen Roelandts (Lotto-Soudal) en profite en le lançant de loin. Mais Démare? qui évite le Colombien? lance son sprint, il passe Nacer Bouhanni (Cofidis), victime d'un problème mécanique, puis le Belge Jurgen Roelandts pour aller s'imposer devant le Britannique Ben Swift (Sky) et le Belge. Le Français remporte ainsi l'une des plus belles victoires de sa carrière, et rejoint au palmarès des légendes du cyclisme comme Fausto Coppi ou Eddy Merckx.